Baisse record des frais d’investissement faut-il investir en Bourse ou en Assurance-vie

Baisse record des frais d’investissement : faut-il investir en Bourse ou en Assurance-vie ?

Le rapport publié par l’Autorité des marchés financiers ou AMF a permis de savoir que les frais de gestion des sicav et FCP ont encore diminué en 2023, tout comme en 2022.

Mais alors, quel est le meilleur placement à privilégier pour profiter de la situation ?

Baisse continue des frais

L’AMF a étudié les frais annuels de près de 6 000 fonds accessibles au public. En parallèle, celui-ci a effectué des analyses sur les prix de courtage en action de plus d’une dizaine d’établissements financiers et de courtiers. À l’issue de ce sondage, l’AMF a pu démontrer les frais de gestion et de fonction des organismes de placement en valeurs mobilières ont poursuivi leur recul afin de s’arrêter à 1,15 % en 2023 contre 1,18 % en 2022.

Pour les frais des quelque 600 fonds diversifiés, ils étaient à 1,42 % en 2023 contre 1,43 % en 2022. Quant à ceux des fonds d’action affectés par l’étude, ils étaient de 1,35 % en 2023 contre 1,42 % en 2022. D’ailleurs, ce mouvement à la baisse ne concerne pas uniquement la France puisqu’il s’étend dans tout le continent européen. En se référant aux statistiques divulguées par l’ESMA qui est le gendarme boursier de l’UE, la moyenne des frais d’investissement européen se rapproche de celle de la France.

Des résultats à considérer avec beaucoup de prudence

Dans tous les cas, il est important de dédramatiser l’ampleur de cette baisse des frais. Il faut préciser que l’AMF s’occupe uniquement de la supervision d’une partie des placements financiers dans le pays. En effet, la couverture de l’argent investi à travers les contrats d’assurance-vie est assurée par l’ACPR ou Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Lire aussi :  SCPI : pourquoi certaines se distinguent-elles largement des autres ?

Justement, l’étude effectuée par cet organisme s’est portée sur près de 1/3 des fonds destinés aux particuliers (intégrés soit dans un PEA soit dans un compte-titres). Tandis que les supports faisant partie des PER assurantiels et de l’assurance-vie constituent la part la plus importante qui est injectée dans les fonds de gestion collective. Or, le frais d’investissement pris en charge par l’épargnant est plus élevé dans cette catégorie.

Une dérogation à cette baisse des tarifs

Toutefois, ce recul des frais d’investissement ne concerne pas la totalité des PRODUITS existants. En effet, il y a certains supports qui ont échappé à ce repli, notamment les fonds monétaires des comptes-titres et des PEA qui sont enregistrés une hausse, c’est-à-dire qu’ils étaient à 0,20 % en moyenne en 2023 contre 0,17 % en 2022.

Les impacts de cette baisse sur le choix des épargnants

Pour la plupart des personnes interrogées par l’AMF dans le cadre de cette étude, le frais n’est pas le premier paramètre qu’ils considèrent dans le choix d’un produit financier. En effet, la plupart d’entre eux mettaient en avant le rendement, tandis qu’une grande partie privilégie également la disponibilité de leur épargne.

Cela dit, l’assurance-vie est plus adaptée pour les profils plus sages et qui ne veulent pas prendre le risque de perdre leur trésorerie. Contrairement à la Bourse qui est réservée aux investisseurs qui n’ont pas peur du risque.

 

 

Lire aussi :  Contrat d'épargne : une solution efficace pour léguer à qui vous voulez

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories