La somme nécessaire pour devenir rentier

La somme nécessaire pour devenir rentier ?

Savoir combien il faut comme capital de départ pour devenir rentier est une question qui n’a jamais eu une véritable réponse. Pourtant en appliquant quelques astuces bien personnalisées, il est possible d’apporter une réponse pour soi-même sans s’éparpiller dans le doute.

Déterminer son profil financier afin de connaître capital de départ pour devenir rentier

Chaque individu a son propre profil financier, c’est presque comme une empreinte digitale. Avant de se lancer dans sa vie de rentier, l’investisseur doit se connaître lui-même.

Pour cela, la première chose à faire est d’évaluer ses ressources disponibles après imputation des dépenses courantes telles que la nourriture, les vêtements, les factures énergétiques, etc. Après l’estimation de ces dépenses vient l’évaluation des autres charges éventuelles telles que les mensualités de prêt à la consommation, etc.

Déterminer son profil financier afin de connaître la somme de départ pour devenir rentier

Une fois ces emplois estimés, le futur rentier effectue une simple simulation pour voir s’il est capable de dégager une épargne mensuelle. À partir de ce tableau de bord prospectif, il dispose déjà d’un repère pour évaluer combien de rentes aura-t-il besoin d’ici quelques années pour vivre convenablement sans travailler laborieusement.

En d’autres termes, l’investisseur doit déterminer le montant de la rente mensuelle qui assurera son bien-être quand une grande partie, voire la totalité, de son revenu salarial aura disparu. La détermination de cette rente implique évidemment la détermination du capital de départ.

Or, ce capital peut être formé à partir d’un emprunt ou à partir d’une épargne conséquente issue de la cession d’un héritage par exemple. En ce qui concerne le montant de la rente, il diffère d’un individu à l’autre. Une personne qui est habituée à un train de vie assez élevé peut être amenée à tabler sur une rente de 5000 euros par mois, alors qu’un individu qui dispose d’un petit budget peut se contenter d’une rente équivaut au SMIC (1050 euros par mois).

Comment fixer la somme de départ pour devenir rentier ?

Certes, le fait de déterminer le meilleur moyen d’atteindre ses objectifs est la partie la plus difficile.

Mais une fois les recettes et les dépenses estimées, c’est déjà une très bonne chose. L’écart entre ces deux agrégats permet au moins au futur rentier de prendre une décision quant à la nature du capital approprié : sera-t-il sous forme d’emprunt, d’apport personnel, ou les deux en même temps ?

Comment fixer la somme de départ pour devenir rentier ?

En tout cas, tout dépend de sa situation d’épargne. Par ailleurs, les statistiques établies par les banques montrent qu’en supposant qu’un investissement affiche un taux de rendement de 5% et en considérant un taux d’inflation annuel de 2%, pour obtenir un certain montant de rente annuel, le capital de départ doit avoisiner 35 à 40 fois le montant de cette dernière.

Mais cette hypothèse n’est pas figée, car elle repose sur une date de début de la cessation d’activité professionnelle estimée à une vingtaine d’années pour une personne qui a une espérance de vie de 80 ans.

Il ne faut pas oublier également que plus le rendement est élevé, plus le capital de départ requis sera faible. Le futur rentier a donc intérêt à trouver un projet rentable pour minimiser son apport ainsi que le montant à emprunter.

Par exemple : pour percevoir une rente mensuelle de 2 000 euros nets pendant 25 ans avec un investissement qui génère un rendement de 4% net d’impôts, il faudra (2 000 x 12) / 0.04 = 600 000 euros de capital.

Quelle est la somme de départ pour devenir rentier dans l’immobilier locatif ?

L’avantage de l’immobilier locatif c’est qu’il offre toujours une perspective de gain stable surtout avec la pénurie actuelle de logements ou d’autres espaces d’activités dans les grands bassins d’emplois tels que Lyon, Paris, Nantes, etc.

De ce fait, l’immobilier est devenu une valeur refuge. En outre, pour devenir rentier dans l’immobilier, l’investisseur a l’embarras du choix, car les opportunités sont disponibles aussi bien pour ceux qui disposent d’un petit budget que pour ceux qui ont plutôt tendance à voir les choses en grand.

Le capital de départ utile pour mettre en place un projet d’investissement immobilier varie en fonction de sa nature et de son envergure.

Par exemple, miser sur les parkings situés près des centres commerciaux ou des bureaux administratifs est une des sources de rente qui a vraiment le vent en poupe en ce moment.

Or, les parkings peuvent être acquis à partir de 25 000 euros alors qu’ils peuvent rapporter environ 300 euros par mois en moyenne (le mieux c’est d’en acheter plusieurs pour avoir plus de cash-flow).
Concernant les grands projets comme l’achat d’un immeuble de rapport, le futur rentier peut tabler sur un rendement allant de 10% tout

en maîtrisant efficacement la vacance locative. Certes, le prix de ce type d’immobilier requiert un petit sacrifice, mais avec l’appui des banques actuellement, tout devient possible.

La souscription à des parts de SCPI (sociétés civiles de placements immobiliers) est également un meilleur moyen pour investir avec une somme de départ minimale.

À partir de 5000 euros, le futur rentier peut faire fructifier sa mise sans la moindre contrainte de gestion. En effet, avec la SCPI, il suffit de souscrire pour percevoir un revenu complémentaire régulier en toute liberté.

Quels types d’institutions financières peuvent octroyer une somme de départ pour devenir rentier

Avant de se lancer à la recherche d’une institution de crédits pouvant financer le projet d’investissement, un aspirant rentier a tout intérêt à délimiter son horizon d’investissement afin de pouvoir trouver le partenaire financier adéquat.

En effet, tout investisseur a son propre degré d’aversion au risque, ce dont il faut tenir compte. Pour qu’il se sente à l’aise tout au long du processus, les objectifs de rendement doivent être définis en fonction de cet horizon.

capital de départ pour devenir rentier photo

Une fois le chemin tracé, un équilibre intérieur tendra à orienter le futur rentier vers les produits qui répondent à ses exigences de rendement.
Pour un rentier qui vient tout juste de débuter, l’un des investissements capables d’atteindre ce niveau d’exigence est bien évidemment l’investissement immobilier locatif.

En plus, les entités qui sont spécialisées dans l’accompagnement et le financement de ce genre de projet ouvrent grandement leurs portes.

À l’instar des autres grands pays européens, les sociétés de courtage en prêt immobilier qui sont en collaboration avec les enseignes leaders tels que Crédit immobilier de France, Crédit Foncier et BNP Paribas sont devenues des intermédiaires incontournables pour une amélioration permanente du niveau d’efficience du marché des crédits.

Tout cela pour dire que ces trois acteurs sont les plus grands piliers des investissements locatifs en France.