devenir rentier avec un PEA : comment faire

Comment devenir rentier avec un PEA ?

Le PEA (plan d’épargne en actions) est un instrument de placement qui permet aux investisseurs de peaufiner une stratégie de gestion de portefeuille d’actions. Grâce à lui, tout épargnant peut devenir rentier de manière optimale en payant moins d’impôt.

Qu’est-ce qu’un PEA ?

Créé en 1992 dans l’optique d’encourager l’investissement boursier des particuliers, le PEA est une combinaison de deux comptes (compte-titres et compte-espèces) qui permet aux personnes majeures et fiscalement domiciliées en France d’investir en Bourse tout en bénéficiant d’une exonération d’impôt sur le revenu (dividendes) et de l’impôt sur les plus-values.

devenir rentier avec un PEA, Qu’est-ce qu’un PEA

De ce fait, les actions doivent être émises par des sociétés dont le siège se trouve en Europe, en Norvège ou en Islande. Le fait d’intégrer des OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) dans un PEA est  bien évidemment faisable, à condition que 75% de ces actifs soient des actions européennes.

Une personne ne peut souscrire qu’un seul PEA et chaque foyer fiscal ne peut disposer que de deux PEA au maximum. En général, il existe deux PEA : le PEA bancaire et le PEA assurance. Mais depuis 2014, un troisième type de PEA est apparu (le PEA-PME).

Le PEA bancaire est ouvert dans une banque domiciliée en France et la souscription s’effectue à la demande des épargnants suite à un premier versement. Son plafond maximal de dépôt est fixé à 150 000 euros. Quant au PEA assurance, il peut être ouvert auprès d’une compagnie d’assurance. Les conditions d’ouverture sont similaires à celles d’un PEA bancaire, ce qui rend un versement cumulatif possible.

Enfin, le PEA-PME s’ouvre également auprès d’un établissement bancaire, mais son plafond maximal est réduit à 75 000 euros. Ce type de PEA a été créé dans le but de promouvoir la désintermédiation de financement au profit des PME françaises. En plus, il est possible de le cumuler avec d’autres PEA pour pouvoir verser jusqu’à 225 000 euros au total.

Bien maîtriser le fonctionnement d’un PEA pour en devenir rentier

Si l’aspirant rentier cherche à allier sécurité et gain maximal pour ses placements en Bourse, le PEA est le support d’investissement idéal. Par ailleurs, il convient de savoir que le fonctionnement d’un PEA n’est pas le même selon qu’il s’agisse d’un PEA bancaire, d’un PEA-PME ou d’un PEA assurance.

Lire aussi :  Tout savoir sur le crowdfunding avant de se lancer

devenir rentier avec un PEA : maîtriser le fonctionnement

Le PEA bancaire sert de support pour effectuer des versements qui vont, par la suite, alimenter le compte-titres. Ainsi, grâce à ce mécanisme de transfert en temps réel, l’investisseur peut passer des ordres d’achats et de ventes d’actions en toute quiétude. Les actifs éligibles pour un PEA bancaire sont : les parts de SARL, les actions, les certificats d’investissements, les SICAV (sociétés d’investissement à capital variable) et les OPCVM.

En ce qui concerne le PEA assurance, c’est en quelque sorte un contrat d’assurance-vie multi-support utilisé dans le cadre d’un contrat de capitalisation basé sur les unités de compte. Seuls les actifs émis par les fonds ou les OPCVM, soumis à l’impôt sur les sociétés (IS) et situés dans l’Union européenne, sont éligibles pour ce type de PEA.

Enfin, le PEA-PME peut servir de support de placement pour investir dans des sociétés non cotées (petites et moyennes entreprises et entreprises de taille intermédiaire) ou dans les sociétés cotées dont la capitalisation boursière n’excède pas le montant maximal de 1 milliard d’euros.

Les titres éligibles en PEA-PME sont les actions ou certificats d’investissement de sociétés, les parts de sociétés à responsabilité limitée, les actions de SICAV, les parts de Fonds communs de placement (FCP), les certificats coopératifs d’investissement et les parts ou actions d’OPCVM.

À titre de rappel, au vu des plafonds de versement prévus depuis 2014, un couple pourra donc cumuler une somme totale de 450 000 euros, c’est-à-dire 300 000 euros en PEA classiques et 150 000 euros pour les PEA-PME. Aussi, ces versements doivent obligatoirement se faire en numéraire (en espèces, par chèques ou par virement) et jamais par titres.

Il est plus intéressant de devenir rentier avec un PEA grâce à sa fiscalité avantageuse

Avant toute chose, il importe de rappeler que tout retrait avant un délai de 8 ans à partir de l’ouverture du PEA entraîne sa fermeture. Mais si aucun retrait ne s’effectue avant la 5e année de détention du PEA, le fonds investi dans le plan est exonéré de l’impôt sur le revenu.

Lire aussi :  L'importance de choisir une banque qui vous accompagne dans vos démarches

devenir rentier avec un PEA grâce à sa fiscalité avantageuse

En effet, seuls les prélèvements sociaux de 17.2% sont appliqués. Si un retrait a été fait avant les deux premières années de souscription du PEA, les plus-values réalisées seront imposées au taux forfaitaire de 22,5%. Si par contre, le retrait s’effectue entre la 2e et la 5e année de souscription, c’est le taux forfaitaire de 19% qui s’applique. Par rapport à l’impôt sur la fortune (ISF), le PEA bancaire et le PEA assurance affichent quelques différences.

Pour être plus précis, le PEA assurance comporte un grand atout, car seules les sommes investies servent de base pour le calcul de l’ISF. Mais ce n’est pas tout, les intérêts réintégrés dans le plan pour être recapitalisés sont également exonérés d’impôt sur la fortune. Pour ce qui est du PEA bancaire, c’est la situation du PEA à la fin de chaque année d’imposition qui est considérée pour le calcul de l’ISF.

Enfin, la rente viagère à percevoir dès la date de clôture du PEA est exonérée d’impôt sur le revenu malgré sa soumission aux prélèvements sociaux, après abattement.

 Devenir rentier avec le PEA : Autres conseils pratiques

Puisque le PEA est un plan d’épargne dont l’ampleur des avantages fiscaux est une fonction croissante de la durée de détention, il ne faut pas hésiter à en ouvrir un, ne serait-ce que pour avoir une longueur d’avance sur le calcul de l’antériorité fiscale. En clair, même si l’épargnant n’a pas l’intention d’investir en Bourse dans l’immédiat, la souscription doit se faire le plus tôt possible pour devenir rentier dans les meilleurs délais.

 Devenir rentier avec le PEA : Autres conseils pratiques

Cette stratégie est bien évidemment valable pour les enfants de l’épargnant. Effectivement, ils ont intérêt à ouvrir un PEA dès le moment où ils ne font plus partie du foyer fiscal de leurs parents. Il faut également savoir que l’investissement en Bourse doit être basé sur des décisions mûrement réfléchies, c’est-à-dire sur des actifs à valeurs sûres dont la volatilité est limitée.

L’idée est de privilégier les actions qui offrent une perspective de gain croissant tout en diversifiant les placements selon des critères sectoriels et géographiques pertinents.

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories