Devenir rentier avec les dividendes

Devenir rentier avec les dividendes

Gagner progressivement son indépendance financière et devenir rentier grâce aux dividendes perçus grâce aux placements effectués sur les marchés financiers n’est plus du seul ressort d’un investisseur très expérimenté. Désormais, il est possible d’y accéder et d’en tirer profit en apprenant quelques notions très essentielles.

Qu’est-ce que les dividendes ?

En souscrivant aux parts des actions d’une entreprise, les personnes appelées « actionnaires » participent à l’augmentation du capital de cette société. En contrepartie, ces actionnaires reçoivent une rémunération périodique appelée « dividende ». Pendant chaque assemblée générale, ce sont les actionnaires eux-mêmes qui décident de se l’attribuer s’ils jugent que l’entreprise dégage suffisamment d’excédents à la suite de la réalisation d’une certaine performance économique et financière.

En d’autres termes, plus l’entreprise est performante dans le temps, plus sa capacité à générer des dividendes augmente. Puisque le paiement d’un dividende revient à liquider une part de l’entreprise, c’est-à-dire à transformer une part de l’entreprise en liquidités, les actionnaires connaissent déjà un enrichissement dès leur participation dans le capital, car ils peuvent prétendre à des profits dans un futur proche.

Qu’est-ce que les dividendes ?

En général, les dividendes sont distribués par des entreprises qui ont déjà acquis une taille assez conséquente suite à la conquête d’une grande partie du ou des marchés sur lesquels elles évoluent.

De ce fait, elles ne font plus de gros investissements, profitent de la rente de situation qu’elles détiennent et partagent des dividendes régulièrement, car le cours des actions dépend non seulement de la valeur de l’entreprise, mais également des dividendes espérés.

En outre, la capacité de chaque entreprise à partager des dividendes à ses actionnaires est un indicateur réel de la santé financière de chacune d’entre elles sur le marché boursier.

Par ailleurs, un dividende élevé n’est pas forcément perçu comme un signal positif, tout simplement parce que certaines entreprises en difficulté paient de forts dividendes à ses actionnaires (hors le cas d’un partage de dividendes fictifs) afin d’accroître artificiellement leur valeur et ainsi, attirer des actionnaires potentiels. Tout cela pour dire que le choix des sociétés émettrices est crucial.

Devenir rentier avec des dividendes en investissant intelligemment

La Bourse peut laisser paraître complexe et risquée pour un individu qui souhaite devenir rentier. Mais en fait, c’est avant tout un concept à mécanisme très simple : des sociétés cotent sur un marché et paient périodiquement des dividendes selon leurs propres performances.

Lire aussi :  Comment devenir rentier en investissant dans un local commercial ?

Pour gagner en Bourse, il faut avoir un esprit très ouvert, une vision très élargie vers le futur en ce qui concerne l’avenir des entreprises sur lesquelles l’investisseur a misé. Toute personne peut tirer profit des opportunités de gain en Bourse et réussir dans son investissement sur le long terme. Cependant, quelques facteurs sont à prendre en compte avant de se lancer.

Devenir rentier avec des dividendes en investissant intelligemment

Tout d’abord, il faut prendre le soin de bien choisir les sociétés émettrices d’actions. Par exemple, une firme comme Total a un avenir très prometteur et permet de tabler sur un rendement d’environ 5% (soit 6 fois celui d’un Livret A) et donc, sur de bons dividendes trimestriels.

Ensuite, afin de booster sans difficulté ses propres revenus en Bourse avec les dividendes, les actions doivent respecter quelques critères essentiels, notamment celui de s’assurer que les sociétés génèrent des dividendes à croissance stable sur au moins un délai minimal de 5 ans. Il convient de vérifier également que le « payout ratio » (ou la valeur du dividende par action rapporté au bénéfice par action) est raisonnable et ne dépasse pas 70 %.

En termes de trésorerie, le «free cash flow» doit être également supérieur au montant total des dividendes partagés aux actionnaires. Si tel n’est pas le cas sur un délai de 5 ans, la prudence est de mise, car la situation financière des entreprises en question pourrait être douteuse.

Enfin le BPA ou bénéfice net par action doit être stable dans le temps, puis le ratio dettes-capitaux propres doit être toujours inférieur à l’unité et enfin le niveau de solvabilité globale doit être maîtrisable en cas de dépréciations d’actifs.

Savoir repérer les entreprises qui offrent des dividendes sûrs à 99% pour devenir rentier

Pour sortir gagnant de sa mise, un investisseur rationnel qui souhaite devenir rentier sur le long terme se focaliserait plutôt sur des valeurs de croissance générant des plus-values futures considérables, c’est-à-dire les actions des aristocrates du dividende.

En plus, en cas de crise boursière, ce sont les dernières à tomber dans le précipice, car elles sont bien placées et les sociétés qui les émettent sont dotées de dispositifs de contrôle interne solides. Sans vouloir prétendre à l’exhaustivité, des entreprises telles qu’Airliquide ou Essilor font partie de celles qui affichent une fiabilité durable.

Savoir repérer les entreprises qui offrent des dividendes sûrs à 99% pour devenir rentier

La raison est que depuis plus d’un siècle de cotation en bourse, Air Liquide – leader mondial des gaz industriels – dispose d’une capacité infaillible à faire face aux turbulences qui ont frappé l’économie contemporaine depuis des années (crise des subprimes, crise des dotcoms, etc.).

Lire aussi :  Investissement plaisir : les secrets pour s’enrichir avec l’art, les voitures anciennes et la rénovation de propriétés uniques

En effet, miser pour cette superstar du CAC 40 est l’un des meilleurs moyens de gagner en Bourse avec une croissance dividende optimale (les statistiques récentes dévoilent que son « payout ratio » avoisine les 60 %, la croissance de ses BPA est raisonnable depuis 2008 et sa solvabilité globale est aux alentours de 40 %).

Étant donné que les entreprises qui émettent des actions de bonne qualité ne sont pas seulement disponibles sur la place parisienne, investir dans des actions étrangères peut représenter une bonne alternative. Pour cela, il faut surtout cibler les multinationales mondialement reconnues qui sont à même de générer un flux de dividendes pérenne, en l’occurrence les valeurs américaines.

Les erreurs à éviter pour devenir rentier avec les dividendes

Pour les amateurs sur le marché boursier, surtout ceux ou celles qui veulent éviter les pertes et devenir rentiers en toute quiétude, il y a quelques erreurs à éviter.

La première serait de poser comme seul critère de choix le niveau de rendement des actifs. En effet, un haut taux de rendement n’est pas nécessairement un indicateur pertinent, car il peut résulter tout simplement de la conséquence de la chute du titre en termes de prix (il ne faut pas oublier que le rendement est le rapport entre le montant du dividende versé et le prix des actions).

Les erreurs à éviter pour devenir rentier avec les dividendes

La seconde erreur serait de croire que le rendement des actions fonctionne comme celui d’un livret. Plus précisément, des actions qui paient un dividende de 10% ne veulent pas dire qu’elles offrent un rendement perpétuel de 9.5%.

En clair, une action ne fonctionne pas comme les obligations ou les livrets. Par exemple, si l’investisseur achète une obligation EDF à 2% de rendement, EDF lui remboursera l’intégralité des intérêts à l’échéance si elle n’a pas fait faillite. Par contre, en matière d’actions, le montant des dividendes peut augmenter ou chuter à n’importe quel moment selon les circonstances.

La dernière erreur à éviter est d’acheter des actions tout simplement parce que leurs prix ont baissé. À vrai dire, l’achat en soldes ne s’applique pas en Bourse d’autant plus que le prix est loin d’être le seul indicateur de rentabilité.

justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.