Dès le moment où un épargnant entame sa vie de retraité, il mérite une existence harmonieuse sans plus se soucier de rien. L’un des moyens pour atteindre cet objectif est de devenir rentier avec une assurance-vie. C’est à la fois simple, sécurisé et très lucratif.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

Il serait plus judicieux de bien définir le concept d’assurance-vie pour que les investisseurs qui songent à devenir rentiers grâce à ce support puissent prendre une décision en toute connaissance de cause. L’assurance-vie est un contrat qui permet de faire un placement financier sécurisé afin de tirer profit des intérêts produits (généralement autour de 4%).

Qu’est-ce qu’une assurance-vie

L’idée est de permettre au souscripteur d’épargner pour qu’il puisse transmettre le capital et ses intérêts à un bénéficiaire lorsque survient un évènement : soit son décès, soit sa survie. De ce fait, dans le cas où le souscripteur est encore vivant à l’échéance du contrat, il est à la fois bénéficiaire et titulaire du fonds épargné (le capital et les intérêts indiqués dans le contrat).

Au cas où le souscripteur décède avant le terme du contrat, le fonds sera débloqué et transmis à un (ou des) bénéficiaire(s) préalablement choisis par lui même pendant la signature du contrat, notamment ses enfants, son conjoint, son concubin, ses frères ou sœurs, etc.

Cependant, outre les motifs de transmission patrimoniale, l’assurance-vie est généralement utilisée pour que son titulaire puisse avoir des avantages fiscaux et préparer sa retraite. Certains retraités utilisent même ce placement pour acquérir leur première résidence principale ou tout simplement pour avoir un standing de vie plus épanouissant. Une assurance-vie comporte deux compartiments : le fonds en euro et l’unité de compte.

Le fonds en euro représente le support le plus sécurisé, car il offre une garantie permanente quant à la disponibilité du capital du souscripteur. Par conséquent, avec le fonds en euro le futur rentier n’a aucune chance de perdre son argent malgré que le rendement soit moins élevé.

Néanmoins, dans l’unité de compte, les risques sont plus accentués, mais le gain est substantiel. En plus, ce type de support permet d’investir dans différentes classes d’actifs telles que les actions, les obligations ou l’immobilier.

Dans quelle mesure l’assurance-vie permet-elle à un individu de devenir rentier ?

L’assurance-vie est un placement financier reconnu pour sa souplesse. Elle se souscrit généralement pendant la période d’activité professionnelle pour permettre à l’assuré de se constituer un patrimoine dans le but de préparer sa retraite. En parlant de souplesse, le capital et les intérêts sont disponibles à tout moment. Des rachats partiels ou programmés sont possibles pour obtenir un complément de revenus.

Dans quelle mesure l’assurance-vie permet-elle à un individu de devenir rentier

En assurance-vie, les procédures sont simples : il suffit de constituer, en une seule fois ou par versements ponctuels, le fonds de départ, puis choisir de bons supports d’investissement. Pour que tout se passe comme prévu, le mieux est de confier son placement à des professionnels. Une assurance-vie classique permet d’opter pour une sortie sous forme de rentes régulières par l’intermédiaire de la banque. En optant pour ce placement, l’épargnant peut préserver son capital contre les effets dépréciatifs de l’inflation.

Aussi, faut-il rappeler que grâce à cette alternative, l’investisseur peut mettre le cap sur un horizon d’investissement plus élargi tel que la SCPI (société civile de placement immobilier) ou les placements en Bourse. Cette option qui lui permettra de devenir rentier selon une stratégie de diversification plus optimale.

Mais dans le cas où le souscripteur souhaite investir dans l’immobilier locatif et percevoir une rente avant même le terme de son contrat, il peut donner son assurance-vie en nantissement à la banque pour servir de garantie. De cette façon, il peut éviter les coûts supplémentaires liés à la souscription d’une autre assurance tout en gardant intactes les conditions de revalorisation de l’épargne relatives à son premier contrat.

Les avantages fiscaux liés à l’assurance-vie profitent aux investisseurs désireux de devenir rentiers

Pour profiter pleinement de son contrat d’assurance-vie et en devenir rentier sans difficulté, il faut savoir exploiter la fiscalité relative à ce placement. En ce qui concerne les rachats, un retrait total ou partiel à partir de la 8e année du contrat permet au souscripteur de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les plus-values de l’ordre de 4 600 euros par an pour les célibataires, veufs(ves) ou divorcé(e)s et de 9 200 euros par an pour les couples.

Les avantages fiscaux liés à l’assurance-vie profitent aux investisseurs désireux de devenir rentiers

Au-delà de ces seuils, les plus-values sont soumises par défaut à l’impôt sur le revenu au barème progressif ou à un prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5%. Dans le cas où le rachat s’effectue avant le 8e anniversaire du contrat, c’est l’impôt sur le revenu au barème progressif qui s’applique.

Cependant, à la demande de l’assujetti, un prélèvement forfaitaire libératoire de 35% ou de 15% peut remplacer cet impôt si le rachat intervient, respectivement, avant la fin de la 4e année du contrat ou entre le début de la 5e et la 8e  année du contrat.

Pour une transmission du capital à moindre coût, l’assurance-vie est bien évidemment la solution la plus appropriée en cas de décès. En effet, les sommes versées avant le 70e anniversaire de l’assuré ainsi que les produits dérivés correspondants font l’objet d’une exonération d’impôt, mais dans la limite de 152 500 euros par bénéficiaire.

Toujours en cas de décès du souscripteur, si le versement s’est effectué après son 70e anniversaire, le capital sera soumis aux droits de mutation dont le montant varie avec le degré de parenté existant entre le bénéficiaire et le souscripteur, et cela après un abattement fixe de 30 500 euros.

Devenir rentier avec une assurance-vie : quelques points à examiner pour choisir un bon contrat

Le niveau de rendement et la sécurité de placement offerts par les contrats d’assurance-vie sont très tentants. Mais parfois, un investisseur qui veut devenir rentier pour la première fois de sa vie se sent un peu perdu face à l’abondance des offres sur le marché. Si tel est le cas, il suffit d’examiner quelques points essentiels et le problème sera résolu.

Devenir rentier quelques points à examiner pour choisir un bon contrat d’assurance-vie

La première chose à faire est de sélectionner un assureur de confiance. Pour cela, il faut établir un critère de choix bien précis, voir s’il s’agit d’un groupe d’assurances, d’une filiale bancaire ou d’une mutuelle. Dans cette optique, il faut privilégier les enseignes connues qui ont une bonne réputation et qui ne renouvellent pas constamment leurs offres au point de délaisser les «vieux contrats».

Ensuite, il faut prendre le soin de débusquer les contrats qui offrent un rendement élevé en faisant appel à un professionnel. Il est vrai que, selon la Fédération française des sociétés d’assurance, ce sont les supports garantis tels que les fonds en euros qui attirent 80 % des épargnants français, mais il faut quand même prendre des risques modérés pour dénicher la perle rare.

En ce qui concerne les frais de versement, les investisseurs avertis veillent à ce qu’ils ne dépassent pas 5% des primes étant donné que des frais trop élevés pourraient sérieusement compromettre la rentabilité d’un contrat d’assurance-vie. Enfin, les options de prévoyances doivent être clairement définies dans le contrat pour garantir un seuil de versement minimal en cas de décès.

Catégories : Placement