Devenir rentier dans le crowdfunding immobilier, tel est le nouveau slogan des investisseurs à la recherche d’une rentabilité élevée. Voici quelques techniques pour y arriver.

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

Le terme «crowdfunding» est un mot anglo-saxon qui signifie financement participatif. Combiné avec le mot «immobilier», c’est un concept évocateur qui s’oriente vers le financement, par le grand public, d’un projet de construction dont le but ultime est la réalisation d’un bénéfice dans une optique de solidarité sociale.

L’idée est donc de collaborer financièrement avec un ou plusieurs promoteurs immobiliers via des plateformes numériques compétentes. Le versement des prêts accordés par les professionnels et les particuliers se fait à travers des services de paiement en ligne. Aussi, les contrats sont bien établis et bien précis dans leurs dispositions. Cette sécurité d’investissement a attiré de plus en plus d’investisseurs désireux de devenir rentiers.

En effet, selon une étude de KPMG réalisée en 2017, ce nouveau véhicule d’investissement a capté pas moins de 40% des fonds collectés par les plateformes de crowdfunding, soit environ 100 millions d’euros de capital à la disposition des promoteurs immobiliers.

La raison de ce succès s’explique par le niveau de rendement très élevé du crowdfunding immobilier par rapport aux autres placements habituels tels que la SCPI. Effectivement, ce financement participatif affiche un taux de rendement brut annuel de 10%. Pour rappel, cette nouvelle pratique de financement est apparue en France en 2011. Depuis cette date, la plupart des projets présentés en ligne sont pris d’assaut par les investisseurs occasionnels et institutionnels attirés par le dynamisme continu du secteur immobilier français.

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier

Pour devenir rentier dans le crowdfunding immobilier, il convient de bien choisir la plateforme de pilotage du projet

Comme évoqué plus haut, investir dans le crowdfunding immobilier consiste à miser sur un projet de construction, puis à percevoir un gain issu de la vente de ce bien. C’est une solution de placement immobilier accessible au grand public, car les tickets d’entrée sont relativement bas (entre 100 à 1 000 euros selon la philosophie commerciale de la plateforme).Cela dit, pour en devenir rentier, il est plus intéressant d’investir dans plusieurs projets ; et c’est là qu’interviennent les différentes techniques de sélection de plateformes.

Tout d’abord, les enseignes doivent toutes être inscrites à l’Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance (ORIAS). Ensuite, elles doivent avoir un statut de conseiller dans le domaine de l’investissement participatif. Ce statut est accordé par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Si elles n’ont pas reçu ce statut, elles doivent être des prestataires de services d’investissement agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Mais ce n’est pas tout, les projets proposés par les plateformes doivent être viables et doivent répondre à des besoins précis.

Pour cela, l’avis d’un comité d’experts immobiliers est requis pour évaluer la capacité future des biens à trouver preneur lors de leur achèvement (la vérification des expériences et de la notoriété du prometteur est de mise).

Aussi, il faut s’assurer que ce professionnel ait bien souscrit une assurance « tous risques chantier » en établissant au préalable des mesures de prévention en cas de retard de livraison.Ainsi, le recoupement de toutes les informations indiquées sur les plateformes est crucial (par exemple le nombre de projets réalisés, la surface financière, l’accompagnement des investisseurs, etc.). À travers leur montage financier, les plateformes fiables mettent souvent en avant des projets présentés dans un langage financier limpide et facilement compréhensible par les futurs rentiers.

Les étapes à suivre pour devenir rentier dans le crowdfunding immobilier

Il importe de rappeler que la décision de devenir rentier dans le crowdfunding immobilier est un choix qui ne s’improvise pas. Elle requiert, de ce fait, une mûre réflexion et une connaissance précise des différentes démarches à suivre. Donc, après avoir bien sélectionné les plateformes, le futur rentier s’inscrit en ligne via un formulaire virtuel établi par l’AMF.

Cette inscription est gratuite et aide les «crowdfunders» à mieux connaître leurs investisseurs, notamment leurs préférences en matière d’investissement, la somme qu’ils sont prêts à octroyer, leurs expériences dans le domaine du crowdfunding, etc. Ce formulaire indique également toutes les conditions relatives audit contrat de financement participatif, mais n’engagera en rien le futur rentier. Une fois l’inscription achevée et les conditions de participation bien analysées, l’investisseur choisit son ou ses projets immobiliers en fonction de son budget.

Les étapes à suivre pour devenir rentier dans le crowdfunding immobilier

Il remplit un nouveau formulaire et le signe par voie électronique. Le paiement se fait en ligne après l’envoi d’une pièce d’identité (pour les personnes physiques) ou d’un extrait Kbis (pour les personnes morales).

Pendant la phase de construction, chaque investisseur doit être informé de l’avancement du projet au moins chaque trimestre.Côté fiscalité, les plus-values réalisées par la vente du bien et distribuées aux investisseurs sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu ainsi qu’aux prélèvements sociaux à un taux de 15,5%.

Les plateformes de crowdfunding immobilier reconnues sur le marché

Parmi quelques trentaines d’enseignes qui se spécialisent dans le domaine du crowdfunding immobilier, quelques plateformes se démarquent par leur fiabilité et leur croissance. Ainsi, pour devenir rentier dans ce créneau d’investissement, il convient de jeter un coup d’œil sur les offres de ces quelques acteurs dynamiques :

Wiseed a été créée en 2008. Au début, elle s’est spécialisée dans le «crowdfunding equity», puis s’est lancée en 2011 dans le crowdfunding immobilier. Wiseed affiche un niveau de rentabilité moyen annuel estimé à 10 %. Grâce à ses actifs obligataires émis par les SAS (société par actions simplifiée) et son holding porteur de parts de SCCV (société civile de construction vente), elle a pu collecter 7 millions d’euros en 2015.

Anaxago est une plateforme de crowdfunding créée en 2012 et qui est en étroite collaboration avec un courtier en assurance construction leader dans le secteur : «Securities & Financial Solutions». Par ailleurs, elle tire ses ressources des commissions prélevées avant les travaux et au moment de la vente des biens construits. Le délai de paiement maximum des plus-values et du remboursement du capital investi y est de 36 mois.

Les plateformes de crowdfunding immobilier reconnues sur le marché

Fundimmo, est le pionnier du crowdfunding immobilier français. Elle dispose de plusieurs années d’expériences dans le domaine. Bien entendu, elle est enregistrée auprès de l’ORIAS tout en étant agréée par le Conseiller en Investissement Participatif (CIP).

Enfin, Hexagon-e est une plateforme permettant d’investir dans l’immobilier avec une souscription minimale de 500 euros. Créée à la fin de l’année 2014, elle offre des opportunités de gain remarquables dans le secteur immobilier avec une bonne garantie de remboursement.

Catégories : Immobilier