Investir dans une SICAV permet de réduire les risques et de prétendre à des dividendes et des coupons plus élevés. Ainsi, c’est un support d’investissement très lucratif pour devenir rentier dans les meilleurs délais. Explications.

Qu’est-ce qu’une SICAV ?

Qu’est-ce qu’une SICAV

Les SICAV ou sociétés d’investissement à capital variable (SICAV) sont classées dans la famille des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). C’est une société de placement dont la mission est de collecter des épargnes, de les investir dans des actifs en valeurs mobilières très diversifiées (actions, obligations, titres de créances négociables ou autres instruments financiers autorisés) afin de partager les risques tout en maximisant les bénéfices.

Juridiquement, une SICAV est une personne morale disposant d’un conseil d’administration. Ses souscripteurs de parts sont actionnaires à part entière et bénéficient d’un droit de vote à l’Assemblée générale (le statut d’une SICAV est équivalent à celui d’une société anonyme).

En général, une SICAV est créée par un établissement de crédit. Ce dernier peaufine alors la politique de rentabilisation du produit tout en s’occupant de la mise en place des règles prudentielles afférentes à sa bonne gestion. C’est une aubaine pour un investisseur désireux de devenir rentier s’il souhaite éviter au maximum les pertes en capital. En effet, une SICAV met en œuvre une stratégie de compensation de pertes très efficace et à moindre coût.

Actuellement, ce type de placement est également proposé par les banques en ligne dont les frais de courtage sont plus intéressants par rapport aux banques classiques.

Certaines SICAV se spécialisent dans les actions (un portefeuille uniquement composé de titres de sociétés cotées en Bourse) et d’autres dans les obligations (actifs obligataires à taux fixe ou à taux variable qui sont plus sécurisés). Il arrive aussi qu’une entité gestionnaire combine les deux types de valeur mobilière en ajoutant des fonds de trésorerie pour permettre à leurs actionnaires d’effectuer des arbitrages faciles et moins spéculatifs.

Devenir rentier en investissant dans les SICAV : quels sont les avantages ?

Devenir rentier en investissant dans les SICAV : quels sont les avantages

Les SICAV sont à même de constituer les meilleurs portefeuilles d’actions pour limiter les risques de pertes sur les marchés financiers très volatils. Effectivement, en vertu de la loi des grands nombres, chaque investisseur solitaire ne peut diversifier son placement sans subir quelques pertes. Or, en mettant en commun leur capital dans une SICAV, ils diminuent les risques et voient leur marge de manœuvre s’élargir pour atteindre leur but de devenir rentier. Ils peuvent, de ce fait, souscrire à des actifs prometteurs en toute quiétude et au gré de l’évolution de leur budget.

Concrètement, l’intérêt des SICAV réside dans leur accessibilité et la possibilité pour les investisseurs de répartir leurs ressources vers plusieurs supports. Pour s’en rendre compte, voici un exemple : à supposer qu’un investisseur ne dispose que d’une faible somme pour investir ; s’il n’a pas opté pour une SICAV, il est donc contraint de se contenter d’un seul titre de société. Par conséquent, en cas de forte baisse du cours dudit titre, le rendement de son portefeuille s’amenuisera intempestivement.

Mais s’il a décidé d’investir dans une SICAV, celle-ci exploitera la taille de son encours pour acheter plusieurs titres. Donc, dans le cas où une partie de ces titres perdent en valeur, le montant de la part du futur rentier ne sera pas grandement affecté étant donné que les risques de perte ont été répartis sur plusieurs investisseurs.

Mieux encore, les placements en SICAV sont également connus pour leur liquidité, c’est-à-dire que les sommes placées ainsi que les plus-values qu’elles génèrent sont disponibles à tout moment. Les titres peuvent donc s’acheter et se revendre instantanément selon un flux de demande fluide.

Comment choisir les SICAV pour en devenir rentier ?

Comment choisir les SICAV pour en devenir rentier

Il est évident que pour devenir rentier avec les SICAV, un épargnant doit faire une sélection minutieuse des offres de placement proposées par la banque. Ce tri peut être réalisé conjointement avec un courtier, mais en suivant les conseils qui vont suivre, l’investisseur devrait être capable d’éviter les mauvaises graines.

D’abord, il convient d’observer à la loupe les performances de la SICAV sur au moins 5 à 10 ans. Ce critère peut être visible sur le portail Web de la SICAV elle-même, voire dans des plateformes ou des magazines dédiés. Cette vision à moyen terme est plus pertinente, car les marchés d’actions et d’obligations connaissent des cycles assez imprévisibles.

Ensuite, il serait préférable de privilégier des fonds SICAV diversifiés dont les stratégies d’allocation sont basées sur des normes prudentielles bien fiables ainsi qu’un portefeuille bien équilibré et dynamique. Ces fonds sont le plus souvent des fonds flexibles capables de s’adapter aux caprices du marché. Aussi, l’évolution de leur cours est maîtrisable compte tenu de la variation des agrégats macroéconomiques. Ils pourront donc capter plus efficacement les différentes tendances des indices boursiers les plus influents tout en intégrant un volume d’actions plus optimal.

Enfin, en ce qui concerne les coûts de souscription et de gestion, une SICAV est plus performante lorsqu’elle affiche des frais raisonnables. D’ailleurs, un investisseur dont l’ultime but est de gagner son indépendance financière a plutôt intérêt à bien prospecter pour dénicher l’offre au meilleur prix, sinon les frais prélevés risqueront de grignoter la rentabilité future de sa mise. Heureusement que les frais divers relatifs à la détention de ce type d’actif sont stables dans le temps, ce qui facilite les comparaisons.

Devenir rentier dans les placements SICAV : zoom sur sa fiscalité

Devenir rentier dans les placements SICAV : zoom sur sa fiscalité

Étant donné que les SICAV sont considérées sont des sociétés anonymes, les revenus issus des produits de sa gestion sont soumis au régime d’imposition des revenus de valeurs mobilières. De ce fait, il est indispensable de connaître les règles fiscales en vigueur pour ce type de société pour optimiser son choix et surtout exploiter les éventuelles pistes de défiscalisation et d’abattement. Ceci afin de tout mettre en œuvre pour accélérer l’atteinte de l’objectif de devenir rentier.

D’abord, il importe de rappeler que chaque année l’investisseur reçoit un récapitulatif de ses dividendes et de ses coupons (intérêts payés en contrepartie d’un prêt). Ce document indique en détail ce que sa SICAV lui rapporte.

Comme évoqué plus haut, les revenus issus des SICAV sont soumis à l’impôt sur le revenu (IR) qui est au taux forfaitaire de 12,8 %. Mais il n’en reste pas moins que le contribuable peut opter pour l’IR au barème progressif.

Des cotisations sociales au taux de 17,2 % sont également prélevées à la source lors du versement desdits revenus. Mais l’IR au barème progressif donne droit à un abattement de 40 % si les dividendes en actions sont éligibles à une telle mesure.

Enfin, les apprentis rentiers qui investissent en SICAV via un plan d’épargne en actions (PEA) peuvent bénéficier d’une exonération d’impôt sur le revenu s’ils respectent les conditions suivantes : au moins 75 % des fonds investis doivent être consacrés à des actions françaises ou européennes ; il faut également que le PEA soit gardé au moins 5 ans sans aucun retrait ; enfin, le plafond de dépôts à respecter est de 150 000 euros pour un célibataire, un veuf ou un divorcé (contre 300 000 euros pour un couple).

Catégories : Placement