Comment devenir rentier pour les nuls

Comment devenir rentier pour les nuls ?

Il y a toujours une première fois à tout dans la vie. En tout cas, pour devenir rentier, il faut garder en tête que c’est une question d’apprentissage. Avant de s’y lancer et espérer y gagner une indépendance financière, il y a des bases qu’il faudrait préalablement assimiler.

Devenir rentier pour les nuls : Les objectifs à se fixer

Un projet sans objectifs ne mènera nulle part. En effet, pour devenir rentier, l’investisseur doit savoir ce qu’il veut sur le court et le long terme. Les objectifs à court terme permettent d’entretenir une réelle motivation au quotidien en faisant un constat de toutes les étapes déjà réalisées. Ils sont également indispensables pour redresser la barre, si besoin est.

Par exemple, en optant pour un immobilier locatif comme support d’investissement, le futur rentier doit connaître à l’avance le montant des recettes locatives mensuelles espérées ainsi que les charges qui viendront s’imputer à son cash flow. En cas de difficultés, comme face à une vacance locative, il doit être capable de prendre des mesures immédiates pour stabiliser les recettes.

Les objectifs à se fixer afin de devenir rentier

Les objectifs à long terme sont des objectifs liés à la création de patrimoines. En d’autres termes, devenir rentier c’est faire grossir son capital d’année en année. Au début, la rente peut juste servir de complément de revenus. Mais en l’espace de 5 ou 10 ans,  il est possible d’arrêter de travailler et de vivre de ses revenus de placement.

Néanmoins, le délai nécessaire avant d’arrêter de travailler pour vivre de ses rentes dépendra des besoins et du niveau de vie de chacun. En effet, certains rentiers peuvent se contenter de 2 000 euros par mois et d’autres de 10 000 euros, ce qui générera un écart considérable quant au montant du capital de départ nécessaire.

Devenir rentier grâce à l’épargne : une bonne garantie

Nombreux sont les investisseurs frileux qui ne veulent pas prendre des risques de surendettement. De ce fait, ils épargnent au maximum pour se constituer un pécule afin de financer leur investissement. Il faut dire que c’est une très bonne chose, mais il faudrait quand même compter quelques années de sacrifices pour y arriver.

Lire aussi :  Immobilier : Qu’est-ce que l’assurance loyer impayé ?

En clair, les dépenses jugées futiles et improductives seront compressées, ce qui engendrera un changement de mode de vie, mais cela en vaudra la chandelle. Devenir rentier grâce à son épargne est un atout personnel, car l’investisseur est libéré de toutes contraintes de remboursement de mensualités.

Devenir rentier grâce à l’épargne : une bonne garantie

Par conséquent, il aura une grande marge de manœuvre quant à sa stratégie de placement. Par exemple, il peut opter pour les placements en crowdfunding immobilier avec seulement quelques centaines d’euros par mois et espérer percevoir une rente équivalente au SMIC en quelques années.

Afin de mettre de l’argent de côté avec le minimum d’effets indésirables sur sa consommation habituelle, il faut commencer à épargner le plus tôt possible. En supposant qu’un individu épargne 250 euros par mois à partir de ses 30 ans, il aura un capital de 183 866 euros net d’inflation avec un rendement annuel de 3 % à sa retraite. Ce capital pourra être déposé dans un compte à terme à taux progressif pour dégager une rente trimestrielle qui assurera un niveau de vie convenable. À noter que ce rendement de 3% est le niveau de rendement moyen généré par les placements à risques modérés.

Pourquoi devenir rentier dans l’immobilier locatif est-il avantageux ?

Un aspirant rentier qui a encore peur de se jeter à l’eau trouve plus rassurant d’investir dans une valeur refuge comme l’immobilier locatif. C’est à la fois lucratif, pratique et facile à gérer. Il faudrait quand même choisir un petit immobilier de qualité ou, éventuellement, des petits logements (studios, appartements, etc.) éparpillés dans différentes adresses pour éviter de mettre tous les œufs dans le même panier.

Cette stratégie de diversification d’actifs permet d’exploiter les potentiels de chaque emplacement tout en maîtrisant les risques inhérents à la mise en location des biens immobiliers. L’objectif est de maintenir un équilibre optimal entre les « machines à rentes» c’est-à-dire les immobiliers, car cela garantit un flux de capital toujours en perpétuelle croissance. Les recettes locatives nettes des charges permanentes liées à la détention de biens immobiliers peuvent être réinvesties dans les livrets et/ou l’assurance-vie.

Lire aussi :  Comment devenir rentier dans les fcpi ?

Pourquoi devenir rentier dans l’immobilier locatif est-il avantageux

En effet, cette dernière est un placement particulièrement intéressant grâce à la possibilité de diversifications effectuées sur la base des fonds euros sécurisés et des unités de compte à risques.

En outre, le futur rentier peut consacrer une grande partie de son capital à la souscription de parts de SCPI (société civile de placement immobilier) dans le but de percevoir une rente régulière tout en évitant les contraintes liées à la mise en location (loyers impayés, entretiens fréquents, etc.). Que l’investissement soit orienté dans l’immobilier classique ou dans la pierre-papier comme la SCPI, les avantages fiscaux sont considérables.  Pour pouvoir en profiter, il ne faut pas hésiter à faire appel aux conseils des professionnels.

Les astuces pour devenir rentier grâce au crédit bancaire

Les banques sont les seuls partenaires crédibles pour financer un premier projet d’investissement. Pour aider les investisseurs à devenir rentiers sans difficulté, elles offrent des solutions de financement sur-mesure accompagnées d’appuis techniques et opérationnels.

À l’heure où les emprunteurs revendiquent une plus grande liberté financière, ces institutions de crédits leur laissent une plus grande liberté d’initiatives dans la conception de leurs projets ainsi que l’imputation des ressources financières disponibles.

Les astuces pour devenir rentier grâce au crédit bancaire

Cependant, les banquiers prennent le soin d’évaluer la situation financière des candidats, ce qui nécessite l’élaboration d’un plan d’investissement bien crédible et réaliste. Elles ne font affaire qu’avec les investisseurs sérieux, solvables et ambitieux.

Par exemple, si un individu veut devenir rentier dans l’immobilier locatif, il serait préférable d’identifier au préalable le bien à acquérir et obtenir une promesse de vente pour montrer au banquier que le projet existe bel et bien ; et qu’il a une perspective de recettes locative stable dans le temps.

Quand le futur rentier est en phase de prospection, il faut prendre le soin de choisir une banque qui propose, non seulement, un taux bas, mais également des modalités de remboursement flexibles. La raison est simple : la concurrence est rude dans le secteur bancaire et il faut en profiter pour bénéficier des rentes permises par l’effet de levier du crédit.

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories