devenir rentier sans capital de départ image

Comment devenir rentier sans capital de départ ?

Les astuces pour devenir rentier sans capital de départ

Arriver à devenir rentier est à la fois une question de détermination et de stratégie, mais pas forcément une question de capacité d’autofinancement. Ce n’est pas parce qu’un individu ne dispose pas d’un capital de départ qu’il est privé de toutes ses chances d’accéder au statut de rentier. Au contraire, les banques sont là pour propulser les aspirants rentiers vers leurs plus hauts sommets.

Les astuces pour devenir rentier sans capital de départ

Élaborer son projet d’investissement pour devenir rentier sans capital de départ

Un projet d’investissement crédible et valable aux yeux des institutions financières telles que les banques est un projet qui offre une perspective de rentabilité réelle.

En effet, les banques sont, par exemple, assez frileuses à l’idée de financer un investissement trop aléatoire comme un placement boursier ou une souscription de parts dans une société par actions peu connue.

En général, elles sont plus enclines à financer des projets qui sont certains de générer des revenus stables,en l’occurrence les projets d’investissement immobilier locatif.

Pour être sûr d’avoir l’appui des banques et devenir rentier dans le plus bref délai sans capital de départ, un investisseur sérieux et ambitieux doit au moins disposer d’un projet d’investissement élaboré par ses soins en tenant compte des objectifs qu’il s’est fixés.

Dans ce projet, il décrit le type d’investissement qu’il souhaite effectuer. Par exemple, une acquisition d’un bien immobilier locatif de telle nature, de tel emplacement, à un tel prix ; ou la souscription de parts de SCPI (société civile de placement immobilier) dans telles sociétés à tel nombre de parts.

Ensuite, il peut effectuer une estimation approximative du rendement espéré de ses investissements.

Élaborer son projet d’investissement pour devenir rentier sans capital de départ

Par exemple, pour la mise en location d’un logement, il faudrait calculer le taux de rendement annuel en divisant les revenus locatifs nets des différentes charges au coût d’acquisition du bien afin d’évaluer la rentabilité du projet.

Cette technique est valable même pour les placements en SCPI. Bien évidemment, pour pouvoir effectuer ce calcul, le bien immobilier à acquérir et/ou les sociétés de placements dans lesquelles le futur rentier va investir doivent être préalablement identifiés.

Effectuer un comparatif des crédits proposés pour devenir rentier sans capital de départ

Effectuer des recherches ou se renseigner auprès de divers enseignes est une étape très importante et en plus, cela n’engage personne. Si le futur rentier côtoie déjà un professionnel des crédits bancaires tel qu’un courtier, c’est déjà un atout !

En effet, il n’y a rien de mal à vouloir chercher l’offre qui correspond parfaitement à son profil financier en prenant le temps d’étudier avec minutie tous les taux d’intérêt en vigueur ainsi que les modalités de remboursement proposées par les banques concurrentes.

Effectuer un comparatif des crédits proposés pour devenir rentier sans capital de départ

Le but c’est d’obtenir un financement adéquat pour son projet d’investissement et faire en sorte que sa rentabilité permette un remboursement «indolore» des mensualités.

Pour cela, les simulateurs de crédit en ligne sont disponibles pour avoir une vue d’ensemble de la capacité d’endettement de chaque emprunteur.

Un comparatif est l’outil d’aide à la décision par excellence, car devenir rentier sans fonds préalable nécessite une estimation précise du coût du crédit. Cette estimation a comme but principal d’évaluer l’impact des charges liées à l’emprunt (frais de garantie, frais de dossiers, impôts et taxe, etc.) sur le rendement de l’investissement immobilier.

Il faut également prendre en compte les frais de pénalités à payer en cas de remboursement anticipé. Étant donné que les taux fluctuent en fonction de la durée du prêt et de son montant total, il faut savoir concilier deux choses : minimiser la durée d’engagement ainsi que le taux d’emprunt et maximiser le montant du crédit. Pour y arriver, il faut un dossier solide et bien conçu, avec de bons arguments.

Emprunter à 110% pour devenir rentier sans capital de départ

Bon nombre d’investisseurs se demandent en quoi consiste un emprunt à 110%. En effet, c’est le meilleur moyen de se financer, surtout quand un individu veut devenir rentier alors qu’il ne dispose d’aucun capital de départ.

L’idée est de demander à la banque de financer l’intégralité de tous les frais réels liés à l’emprunt (frais de notaire, frais de garanties, frais d’agences, etc.) en plus du capital qu’elle va octroyer. C’est vrai qu’il va falloir jouer des coudes pour y arriver, mais le banquier n’aura aucune hésitation si le dossier contient des arguments qui tiennent bien la route.

L’emprunt à 110% permet de gagner du temps et de commencer tout de suite le projet dès la signature du contrat d’emprunt. Par ailleurs, la banque a besoin d’une certaine garantie quant à la santé financière de l’emprunteur, notamment le fait de disposer d’un revenu salarial et, donc, d’une stabilité professionnelle pérenne (emploi en CDI par exemple).

Emprunter à 110% pour devenir rentier sans capital de départ

Aussi, l’historique du compte bancaire de l’emprunteur sera examiné à la loupe pour s’assurer que ce dernier n’a pas fait trop de découverts bancaires ou accumulé trop de crédits à la consommation. Pour avoir entre ses mains un dossier convaincant, il est préférable de bien « nettoyer » ses comptes et de reporter de quelques semaines, voire de quelques mois, le projet d’emprunt pour tout mettre en ordre, si besoin est.

Et en cas de refus, il ne faut jamais se décourager. Au contraire, il faut rester optimiste et se tourner vers d’autres banques.

Immobilier locatif : une des meilleures façons de devenir rentier sans capital de départ

C’est vrai que sans épargne préalable, il n’y a pas moyen de bénéficier des systèmes de financement d’investissement immobilier tels que le compte épargne logement (CEL) ou le plan épargne logement (PEL).

Heureusement que les banques proposent des crédits dédiés aux personnes désireuses de devenir rentier alors qu’ils ne disposent que d’un faible capital de départ, voire même inexistant. L’avantage d’un investissement en immobilier locatif est qu’il permet de visualiser un «cash flow» prévisionnel issu du montant estimé des loyers, ce qui incite les banquiers à se laisser convaincre plus facilement.

Immobilier locatif : une des meilleures façons de devenir rentier sans capital de départ

De son côté, le futur rentier dispose d’une bonne marge de manœuvre, car grâce à l’effet de levier du crédit immobilier (recettes locatives nettes mensuelles supérieures aux mensualités) il peut déjà accumuler un flux de trésorerie issu d’une certaine forme de «rente de situation» générée par la concurrence bancaire.

La souscription de parts dans une SCPI ou société civile de placement immobilier peut également faire l’objet d’un emprunt. En règle générale, si elle ne dépasse pas les 20 000 euros, les banques proposent aux emprunteurs un crédit à la consommation.

Par contre, si la souscription dépasse ce seuil, l’investissement peut faire l’objet d’une signature de contrat de crédit immobilier. Les institutions financières qui proposent des crédits immobiliers dans l’Hexagone sont surtout : Crédit foncier, Crédit immobilier de France, BNP Paribas, Caisse d’Épargne et Crédit Agricole.