L’urbanisation, la croissance démographique et l’industrialisation sont autant de facteurs qui pèsent sur les ressources en eau. Dans certaines régions de la planète, cet «or bleu» se raréfie et les projets de traitement, d’adduction et/ou d’extraction d’eau potable ont le vent en poupe. Cela représente une belle opportunité de devenir rentier en investissant dans des actifs ou des fonds dédiés à cette thématique. Les détails.

Investissement dans le secteur de l’eau : une source de rentabilité pour devenir rentier

devenir rentier dans le secteur de l'eau - source de rentabilité

Actuellement, le marché mondial de l’eau est estimé à environ 600 milliards de dollars et devrait atteindre le seuil de 1 000 milliards de dollars d’ici 2025 selon la prévision des experts. En Bourse, les actions labialisées éthiques ont vu leur cours progresser d’environ 44% au cours de ces 5 dernières années. Si certains épargnants décident d’investir sur l’eau, c’est avant tout parce qu’ils sont sensibles au risque que toute la population de la planète pourrait courir un cas de pénurie grave de cet élément vital, mais surtout parce qu’ils cherchent à diversifier leur portefeuille tout en réalisant des profits dans le but de devenir rentiers rapidement.

Ainsi, investir dans l’eau s’avère être une solution de placement à la fois innovante et gagnante. Justement, les chiffres parlent d’eux même : la consommation d’eau dans le monde a été multipliée par 9 en l’espace d’un siècle. Et ce n’est qu’un début, car d’ici 30 ans, c’est-à-dire en 2050, la population mondiale frôlera les 10 milliards d’habitants et sera caractérisée par un exode rural encore plus accéléré. Ce phénomène démographique aura tendance à amplifier l’urbanisation, la recherche d’une qualité de vie meilleure et donc une surconsommation d’eau potable. Pour rationaliser cette ressource, plusieurs Fonds ont été créés ; ils ont pour mission d’appuyer financièrement les sociétés chargées de gérer les sources d’eau existantes tout en trouvant d’autres potentiellement exploitables. On les appelle des « Fonds verts », car ils sont à vocation environnementale et la plupart d’entre eux collectent des fonds auprès des particuliers et des organismes publics.

Face à ces enjeux, le secteur de l’eau se porte bien. La preuve : depuis bientôt dix ans, il connait une croissance annuelle moyenne de 6 %, ce qui offre un bon rendement pour un investisseur désireux d’atteindre son statut de rentier tout en le maintenant sur le long terme.

Ce que les futurs rentiers peuvent attendre d’un investissement dans ce secteur thématique

devenir rentier dans le secteur de l'eau - rentiers

Pour investir dans le secteur de l’eau et y devenir rentier, il faut tout d’abord y croire ; c’est-à-dire garder en tête que c’est un créneau d’investissement très prometteur et que le capital investi contribuera grandement à la sauvegarde de la planète et de toutes les espèces qui y vivent. Aussi, il convient de rappeler que pour faire fructifier son capital, l’investissement dans l’eau doit être porté sur un horizon de placement de long terme. Effectivement, il existe de nombreuses opportunités de gain et de valorisation au sein de plusieurs sociétés innovantes dont l’activité est dédiée à ce marché captivant. D’ailleurs, l’humanité tout entière n’est qu’au commencement de la problématique de l’eau, ce qui fait que la demande va prendre de l’ampleur dans les années futures. Du coup, tout investisseur pourra tabler sur une belle performance financière avec un risque de volatilité moindre.

Parmi les fonds les plus dynamiques, il y a un fonds suisse appelé Pictet qui se démarque par sa taille (plus de 4,4 milliards d’euros de capitalisation) et son expérience (le premier fonds à s’être positionné sur le secteur de l’eau en Europe). Il affiche une performance globale de plus de 175 % depuis son lancement en 2000. Ce fonds investit avec succès dans les technologies liées à l’approvisionnement et le traitement d’eau en Europe, aux États-Unis, mais aussi en Chine et prochainement en Afrique. Bref, ses projets se concentrent sur la conception et le financement des équipements high-tech en phase avec les exigences environnementales.

Le fonds BNP Paribas Aqua, créé en 2008, exploite également ce secteur en tant que leader. Au cours de ces dernières années, sa performance figure parmi les meilleures du marché (+ 11 % en 2017). En ce qui concerne son financement, il couvre plus particulièrement le marché des pays émergents.

Devenir rentier dans le secteur de l’eau : comment investir ?

devenir rentier dans le secteur de l'eau - investir

Outre la réalisation de son ambition de devenir rentier, investir dans le secteur de l’eau est avant tout un acte écocitoyen dont le but est d’éviter le gaspillage de cette denrée aussi fragile que menacée. Mais l’investissement dans l’eau ne se limite pas à la seule participation financière dans les Fonds investis dans cette thématique comme ceux évoqués précédemment. Oui, il est aussi possible d’investir dans l’eau via l’achat d’actions ou d’obligations de sociétés positionnées sur ce secteur. Par ailleurs, une telle option n’est pas sans risques (possible perte en capital) bien que les perspectives de gains soient intéressantes.

En attendant que la Bourse se calme, il est plutôt conseillé d’investir dans le domaine de l’eau via un contrat d’assurance-vie, plus précisément dans le compartiment unités de compte. Celui-ci permet d’aboutir à une réelle diversification de son portefeuille si le but est de sélectionner un contrat suffisamment rémunérateur et à risque maîtrisé. Il permet de créer de la valeur dans la durée et, dans la foulée, d’atteindre son indépendance financière. De préférence, il convient de demander l’avis d’un professionnel avant de procéder à ce type d’investissement, car il y a des enseignes plus compétentes et plus performantes que d’autres.

Une estimation de rendement

devenir rentier dans le secteur de l'eau - image

Selon une analyse de Frontier Economics réalisée en 2012, un investissement de 725 milliards de dollars serait nécessaire pour permettre à tous les peuples du monde d’accéder à l’eau potable, une somme qui ne représente que 5 % du total des aides au développement réparties dans les pays en difficulté économique. Dans cette perspective, la banque HSBC, WaterAid et Earthwatch ont conçu en juin 2012 un programme de financement de 100 millions de dollars étalé sur 5 ans. Cette action a tout de même permis à 1,1 million de personnes vivant au Bangladesh, en Inde, au Népal, au Pakistan, au Nigéria et au Ghana de s’équiper d’installations sanitaires servant à l’approvisionnement en eau potable.

Pour mémoire, ce programme a intégré 1000 entreprises et pas moins de 100.000 pêcheurs/agriculteurs désireux d’acquérir une formation afin d’arriver à une meilleure utilisation de leurs ressources en eau. Les calculs effectués par Frontier Economics ont révélé qu’un dollar investi dans l’approvisionnement en eau pourrait rapporter cinq en termes de richesses créées, de placement financier, mais aussi d’externalités positives. Ce chiffre peut monter jusqu’à 15 dans certaines régions inaccessibles de l’Amérique latine.

Catégories : Placement