Élections Les Français s’inquiètent pour leurs épargnes et placements

Élections : Les Français s’inquiètent pour leurs épargnes et placements

Lundi, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a exhorté à soutenir « un candidat issu du courant social-démocrate » lors du second tour des élections législatives, tout en excluant La France Insoumise (LFI) de cette recommandation. Son appel vise à faire barrage au Rassemblement national (RN), qui a dominé le premier tour dimanche dernier.

Les différents changements potentiels

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale et les résultats du premier tour, une forte incertitude s’est installée parmi les épargnants. En effet, l’issue des élections législatives aura une influence décisive sur le futur des investissements financiers. Plusieurs éléments suscitent une préoccupation particulière chez les Français, notamment :

Éventuel retour de l’impôt sur la fortune (ISF)

Rappelons d’abord que cette imposition a été remplacée en 2018 par l’IFI. Actuellement, les Français s’inquiètent du retour de ce dispositif. En effet, le Nouveau Front Populaire (NFP) a l’intention de restituer l’ISF avec l’objectif de tripler les recettes avant sa dissolution, c’est-à-dire près de 15 milliards. Le parti politique prévoit également d’intégrer les biens professionnels dans le calcul de l’ISF.

De son côté, le Rassemblement Nationale (RN) envisage de mettre fin à l’IFI et de mettre en place l’IFF ou impôt sur la fortune financière.

Refonte de l’IR (impôt sur le revenu)

Parmi les programmes envisagés par le NFP, il y a également la refonte de l’IR. À termes, cette mesure devrait permettre de dégager près de 5,5 milliards d’euros supplémentaires. Afin d’y parvenir, le NFP prévoit de porter à 90 % le taux marginal inférieur de 410 000 euros, d’un autre côté le barème progressif comprendra jusqu’à 14 tranches.

Lire aussi :  La promesse des placements respectueux de l’environnement est-elle tenue ?

Suppression de la flat tax

À titre de rappel, la flat tax a été mise en place par le président de la République Emmanuel Macron depuis le 1er janvier 2018. Grâce à ce processus, les Français qui font partie des tranches d’imposition moyennes et élevées échappent au barème progressif de l’IR dont la taxation est plus importante. Si ce dispositif vient à disparaître après les élections, les contribuables avec de hauts revenus seront certainement pénalisés.

Plafonnement des héritages

Les différents partis politiques ont des projets très variés concernant l’héritage. Le NFP propose par exemple la mise en place d’un impôt sur la transmission progressif avec un plafonnement de 12 millions d’euros.

Par contre, le RN table plutôt sur une exonération des droits de succession des biens immobiliers qui s’élève à 300 000 euros. Quant aux Républicains, ils envisagent une exonération jusqu’à un million d’euros sur les héritages.

Les systèmes de protection des épargnants

Pour rassurer les épargnants, sachez que les dépôts bancaires bénéficient du système de protection appelé FGDR ou Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution. Ce dispositif a été mis en place pour assurer l’indemnisation des clients suite à une défaillance des institutions. Celui-ci permet d’assurer les dépôts allant jusqu’à 100 000 euros par épargnant et par organisme.

Par ailleurs, il existe aussi d’autres produits bénéficiant d’une protection spécifique en cas de faillite de l’établissement. C’est le cas pour la garantie des titres qui affecte plusieurs instruments financiers comme les fonds d’investissement, les obligations ou encore les actions.

Dans le cas de défaillance de compagnie d’assurance, les souscripteurs de contrat d’assurance-vie bénéficieront du Fonds de Garantie des Assurances de Personnes ou FGAP.

Lire aussi :  Secrets révélés : résilier son mandat de vente sans perdre la tête et sans prendre de risques
justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.