Épargne durable que vaut vraiment le nouveau label ISR et qu’apporte-t-il à vos placements

Épargne durable : que vaut vraiment le nouveau label ISR et qu’apporte-t-il à vos placements ?

Aujourd’hui, les aléas climatiques et les catastrophes naturelles qui s’intensifient sont en train de soulever la conscience de chacun sur l’importance de privilégier les investissements responsables.

D’où le renouvellement de l’ISR afin de renforcer ce mouvement.

Qu’est-ce que l’ISR et à quoi sert-il ?

Pour mieux appréhender ce système, il convient de comprendre son origine. Cela dit, ISR signifie Investissement socialement responsable. Il s’agit d’un label qui a été créé en 2016 par le ministère de l’Économie et des Finances.

Celui-ci a été élaboré dans le but de permettre aux épargnants de reconnaitre facilement tous les fonds de placement qui priorisent les entreprises privilégiant les pratiques durables et bénéfiques pour l’environnement.

Une réforme qui pourrait apporter de grands changements

Depuis quelques années, on remarque une grande facilité pour les entreprises de décrocher ce label. Par conséquent, les organismes dédiés ont décidé de procéder à la refonte de l’IR. D’après leurs constatations, parmi les 12 000 fonds disponibles dans l’hexagone, près de 1200 d’entre eux ont obtenu l’ISR sans trop de difficulté.

En effet, celui-ci n’a pas subi de révision depuis sa création, pourtant les besoins environnementaux évoluent en permanence. Cette mesure est entrée en vigueur depuis le 1er mars 2024. Dorénavant, tous les fonds qu’ils soient monétaires, investis en actions ou en obligations seront soumis à des réglementations qui seront beaucoup plus strictes.

Concernant les fonds qui bénéficient en déjà, ils ont jusqu’au 1er janvier 2025 pour se conformer aux nouvelles exigences, sinon il y a des risques de perdre ce label. Dans ce contexte, trois groupes de certifications s’occuperont de la surveillance des fonds, à savoir Deloitte, Ernst & Young ainsi que l’Afnor.

Lire aussi :  Comment devenir rentier en investissant dans les groupements fonciers agricoles ?

 

 

La sortie de la nouvelle version du label ISR

Il a fallu deux années de travail continu pour que ce nouveau label voie enfin le jour. Cette refonte a été particulièrement attendue par de nombreux acteurs. Indispensable pour communiquer sur la responsabilité des fonds, celui-ci avait besoin d’être rafraîchi afin de s’aligner aux différents contextes actuels.

Suite à l’entrée en vigueur de cette mesure, certains leaders feront l’objet d’exclusion. C’est le cas pour les entreprises assurant l’exploitation de charbons ainsi que des hydrocarbures non conventionnels.

Cette contrainte concerne également les groupes qui mettent en place de nouveaux projets d’exploitation ou de raffinage d’hydrocarbures comme le gaz ou autres. Par conséquent, tous les géants pétroliers risquent de ne pas avoir droit à ce label dès lors que plus de 5% de leur activité est consacré à ces tâches.

Les gérants sont confrontés à d’autres contraintes

Le nouveau label ISR renforce les obligations pour les gérants. Suite à l’application de cette mesure, il y aura près de 15% d’organismes figurant dans des secteurs ayant des impacts climatiques qui devront présenter un plan de transition climatique fiable. Celui-ci devrait être en adéquation avec l’accord de Paris. L’ISR est aujourd’hui le plus strict dans le continent européen avec ces ajustements, notamment l’augmentation du taux de sélectivité.

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories