Hôtellerie : Cette nouvelle va surprendre les investisseurs en 2024 !

Hôtellerie : Cette nouvelle va surprendre les investisseurs en 2024 !

L’investissement hôtelier se porte bien ces dernières années, selon un acteur majeur du secteur. Mais qu’en est-il des transactions hôtelières ? État des lieux !

Le marché de l’hôtellerie est-il favorable cette année ?

D’après un acteur historique de l’investissement hôtelier, ce secteur dispose encore d’un très bon potentiel de développement. D’autant plus que les Jeux Olympiques et Paralympiques sont prévus à Paris cette année. Le taux de remplissage des hôtels à l’occasion de ces festivités devrait atteindre 65%. Rappelons que celui-ci oscillait entre 20 % et 25 % en 2023 sur cette même période. Les dernières projections suggèrent que les prix moyens des hôtels vont progresser de 150% en moyenne.

Un scénario tout à fait plausible qui s’apparente à celui du Festival de Cannes ou de la finale de la Ligue des Champions à Paris. Notons que le chiffre d’affaires de l’Hexagone a progressé de 21% prouvant sa capacité de croissance. Même les pays d’Europe du Sud font des efforts considérables.

Entre 2012 et 2013, la croissance des parcs hôteliers s’établissait à 2 %, contre 1,5 % entre .2022 et 2023 En dépit de cela, les prestations hôtelières de la France s’avèrent à la fois qualitatives et variées. Et, celles-ci sont en phase avec les prix affichés actuellement.

Pour investir sur le marché hôtelier en France, il faut d’abord bien appréhender l’actif. A cet effet, il convient de prendre en considération le niveau de CAPEX (capital expenditure) possible. Nous parlons ici d’un terme anglophone désignant les dépenses d’investissement d’un hôtel. Bien entendu, une étude de marché doit être faite préalablement.

Lire aussi :  Changement majeur pour le PEA : l'exonération après 5 ans se restreint dès cette date

Le volume des transactions hôtelières a-t-il réellement progressé l’année dernière ?

Selon les experts, une croissance du prix moyen de 5 % est prévue cette année moyennant beaucoup de contraste. L’hôtellerie haut de gamme et les JOP accélèrent le marché au niveau macroéconomique. La hausse des prix moyens devrait s’établir à 32% par rapport à l’année de référence 2019.

Néanmoins, le taux d’occupation des hôtels devrait se compresser en raison de la mise à jour des politiques de déplacement professionnel des entreprises. A cela s’ajoute la réduction du pouvoir d’achat des ménages de la classe moyenne.

Pour l’heure, l’immobilier tertiaire et le secteur résidentiel traversent une zone de turbulences. Historiquement, l’hôtellerie représente à elle seule environ 7 % du volume des transactions. En 2023, ce taux avait progressé de +20 %. La preuve de la résilience du marché de l’immobilier hôtelier en France.

L’hôtellerie dispose ainsi d’un sous-jacent hautement qualitatif. En dépit de l’hétérogénéité du marché l’année dernière, celle-ci est restée très dynamique. Parmi les marchés de niche, citons notamment un marché corporate (solidement fondé) et un marché de loisirs en pleine croissance.

Pour mémoire, l’Allemagne et la Grande-Bretagne étaient considérées comme les plus gros marchés des transactions hôtelières à l’échelle européenne. Depuis deux ans, ces pays ont été remplacés progressivement par la France et l’Espagne. Les chiffres de 2023 démontrent cela : 4 Md€ de transactions pour l’Espagne, contre 2,3 Md€ pour l’Hexagone. En 2024, la donne pourrait changer en faveur de la France. A l’évidence, les JO à Paris font partie des cartes maîtresses des acteurs du marché hôtelier cette année.

Lire aussi :  Optimisez votre investissement : 5 techniques clés pour un portefeuille boursier réussi

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories