JO 2024 : les prix des Airbnb en baisse à l’approche de l’événement

JO 2024 : les prix des Airbnb en baisse à l’approche de l’événement

À l’approche des Jeux Olympiques 2024 à Paris, les prix des locations saisonnières suivent une tendance baissière.

Depuis quelques semaines, les propriétaires sont convaincus qu’ils ne pourront pas faire fortune avec les JO. Mais qu’en est-il vraiment ?

Des prix Airbnb dégressifs à l’approche des JO 2024 à Paris

Les locations de courte durée à l’instar d’Airbnb rapportent des revenus potentiellement élevés, surtout pendant la haute saison. En temps normal, ça devrait être aussi le cas lors des Jeux Olympiques de Paris cette année. Mais personne ne peut prédire l’avenir. Pour l’heure, les prix baissent graduellement à l’approche de cet évènement d’envergure.

Il suffit de consulter les tarifs des annonces de nos jours pour vérifier cela. Plus la date approche, plus les prix s’allègent. De fait, les propriétaires affirment qu’ils ne pourront pas faire fortune avec les JO de Paris. Même le directeur France et Belgique d’Airbnb, Clément Eulry, reconnait « que les propriétaires ne s’attendent pas à faire à multiplier par 10 (…). On est sur un petit doublement du prix à la nuitée : +85% ».

D’après certains analystes, les prix des locations de courte durée sont en baisse graduelle à l’approche des Jeux Olympiques 2024. Une tendance baissière observée à Paris, mais également en banlieue.

Dans le détail, le prix moyen durant la période des Jeux était chiffré à 508 € en avril, contre 594 € en mars, 627 € en février et à 619 € en janvier (la nuit). Des prix dégressifs favorables aux vacanciers qui assisteront aux épreuves des JO.

Lire aussi :  Epargne : investir dans des vignobles et des forêts pour allier rentabilité et fiscalité avantageuse

Il ne reste plus que deux mois et demi avant l’ouverture officielle des JO à Paris. En attendant la date fatidique, les investisseurs s’intéressent au taux d’occupation des logements en locations saisonnières dans la capitale. De fait, celui-ci est nettement inférieur à celui de 2023 sur la même période.

Le taux d’occupation des biens en location de courte durée à Paris s’établissait à environ 40 % l’année dernière pour les trois premières semaines du mois de juillet. Cette année, celui-ci ressort à 22% sur la même période.

L’offre locative se gonfle davantage dans la capitale

D’après un acteur du secteur, le taux d’occupation est en légère baisse par rapport à l’année précédente concernant les dates des épreuves olympiques. Pour l’heure, celui-ci s’établit à 28% autour des dates des Jeux, soit du 24 juillet au 11 août 2024. En 2023, sur la même période, celui-ci était à 24%.

Des acteurs du marché précisent que cette baisse du taux d’occupation est liée à la hausse considérable de l’offre de logements à Paris ces derniers mois en anticipation des épreuves. Les analystes observent d’ailleurs une progression moyenne de 34% sur un an des annonces actives au cours des six derniers mois.

Les occupations en banlieue parisienne profitent également de cette augmentation de l’offre de logement. Les annonces actives ont enregistré une hausse moyenne de 55% sur un an ces six derniers mois. Pour les banlieues, le taux d’occupation (du 3 au 21 juillet) est passé de 26% en 2023 à 16% en 2024.

Pour les dates des JO, le taux d’occupation s’améliore davantage dans les banlieues par rapport à la capitale en passant de 18% en 2023 à 31% cette année.

Lire aussi :  Le Fisc détecte les piscines non déclarées avec l'IA mais se trompe très souvent

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories