La promesse des placements respectueux de l’environnement est-elle tenue 

La promesse des placements respectueux de l’environnement est-elle tenue ?

Pour mettre son argent au service des autres, Passer par des dons aux associations n’est plus l’unique option. Effectivement, les placements solidaires et respectueux de l’environnement gagnent en popularité et sont même recommandés par presque toutes les banques. Mais de quoi s’agit-il exactement? Leurs promesses sont-elles vraiment respectées? Réponses :

Comprendre les placements solidaires

Pour n’importe quel placement financier, le principe est le même. L’épargnant confie son argent à un organisme qui l’utilisera pour investir dans certaines entreprises. Une partie des revenus récoltés sera ensuite attribuée à l’épargnant. La particularité d’un placement solidaire est que les fonds seront utilisés pour financer des structures à caractère solidaire ou environnemental.

Il peut s’agir d’insertion sociale, de construction de logements, de développement durable, voire de commerce équitable. Dans certains cas, les sommes versées sont même défiscalisables. Et surtout, l’épargnant sait où va son argent !

Bien que très peu connu jusqu’à récemment, le placement solidaire commence à intéresser de plus en plus d’épargnants. À titre d’exemple, le label Finansol a connu un développement fulgurant ces dernières années. Presque toutes les banques les proposent et les mettent aujourd’hui en avant.

La transparence des placements solidaires

Lorsqu’on évoque les placements solidaires, il est nécessaire de mentionner le label Finansol, instauré en 1997 pour distinguer les épargnes solidaires des autres. Finansol, une association professionnelle indépendante, attribue donc son label aux placements solidaires si l’organisme qui les propose en fait la demande. Mais attention, ce label doit se mériter ! Pour cela, l’organisme impose des critères stricts de transparence et de solidarité.

Lire aussi :  Renault : Les informations confidentielles qui ont changé la donne pour Barclays

Pour garantir la transparence d’un placement, l’organisme qui propose l’épargne doit informer le client du caractère solidaire lors de la souscription. Le client doit être également régulièrement informé sur l’utilisation des fonds qu’il a placés.

Pour ce qui est de la solidarité du placement, l’organisme doit consacrer une partie importante de leurs actifs pour financer des projets solidaires. Dans le cas d’une assurance-vie, par exemple, 5 à 10 % des fonds doivent aller à des activités solidaires, tandis que les autres parts doivent respecter les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).

25 % des revenus générés par les placements solidaires ou les comptes à terme, doivent être versés chaque année à une ONG

L’importance de vérifier le label Finansol

À noter que le comité de ce label se réunit cinq fois par an pour examiner les nouvelles candidatures et vérifier les organismes déjà labellisés. Chaque année, plusieurs produits d’épargne obtiennent le label, tandis que d’autres se voient retirer le label pour non-conformité. À noter que l’association exige également une promotion active des placements d’épargne solidaire. À défaut, l’organisme risque de perdre son label.

justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.