Le Fisc détecte les piscines non déclarées avec l'IA mais se trompe très souvent

Le Fisc détecte les piscines non déclarées avec l’IA mais se trompe très souvent

Ça fait déjà quelque temps que le Fisc utilise l’intelligence artificielle pour repérer des piscines clandestines.

Bien qu’elle soit prometteuse, celle-ci comporte des failles. Lesquelles ?

L’IA du Fisc pour détecter des piscines clandestines est-elle réellement efficace ?

Il y a environ un an, l’administration fiscale française avait coincé des propriétaires de piscines non déclarées. En chiffres, près de 120 000 cas ont été détectés. Un exploit impressionnant réalisé par la combinaison ingénieuse de l’IA et des images satellites. Quoi qu’il en soit, cette arme révolutionnaire du Fisc s’avère imparfaite.

D’après la CGT Finances publiques 13, l’IA du Fisc affiche un taux d’erreur plutôt important, soit 30%. Face à cela, les contribuables font grise-mine. Pour eux, l’intelligence artificielle doit être sans failles, surtout lorsqu’il s’agit de repérer des piscines clandestines.

Or, l’algorithme de cette fameuse IA permet de scanner et d’analyser des photos aériennes (par satellite). La couleur de l’eau passe ensuite au crible. En dépit de cela, l’IA n’arrive pas à distinguer les places de stationnement pour handicapés des piscines. Idem pour certaines bâches d’agriculture. De fait, l’IA du Fisc commette des erreurs très souvent.

L’IA a d’ailleurs eu du mal à distinguer des bassins démontables, et ceux construits en dur. Or, ces derniers ne sont pas imposables en France. Même une piscine imposable peut passer inaperçue sous les radars de l’IA, surtout avec une couleur bleue peu familière. De quoi attiser la colère des contribuables, qui espèrent une véritable avancée technologique.

Vers une escalade de plaintes à l’égard de l’IA du Fisc ?

L’IA du Fisc rencontre trop souvent des difficultés à repérer les piscines non déclarées sur le territoire français. La CGT Finances publiques explique que l’incursion de nouveaux logiciels non testés préalablement a poussé le Fisc à déployer cette tactique. Déposées auprès de Bercy, les réclamations des contribuables se chiffrent à 30 000. Il s’agit d’une information divulguée par le syndicat. En cas d’erreurs, les contribuables doivent agir en déposant des plaintes.

Lire aussi :  Comment échapper complètement aux impôts d’un investissement locatif ?

Le Premier ministre, Gabriel Attal, reste optimiste concernant l’intégration de l’IA dans les services publics. Celle-ci apportera ainsi des réponses plus rapidement aux requêtes des citoyens. Beaucoup de contribuables craignent une escalade des plaintes. Selon la CGT : «qui va contrôler les résultats de l’intelligence artificielle ? Personne». Désormais, les courriers de réclamation qui datent de plus de 6 mois seraient supprimés. Il est donc préférable de faire une relance sans hésiter.

 

Il faut reconnaître que le nombre d’effectifs de la Direction des Finances publiques  baisse progressivement au fil des années. Prenons, par exemple, le département des Bouches-du-Rhône. Là-bas, le nombre d’agents est passé de 2 600 à 2 000 en dix ans. Même ceux chargés du contrôle des piscines sont en déclin, soit 300 personnes en moins.

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories