PER ou PEA Voici le guide à jour pour choisir le meilleur placement à faire cet été

PER ou PEA ? Voici le guide à jour pour choisir le meilleur placement à faire cet été

Pour préparer votre retraite, différents placements financiers s’offrent à vous. Citons notamment le PER, le PEA et l’assurance vie. Lequel choisir cet été ?

Ouvrir un PER ou un PEA cet été, Quelles solutions d’épargne choisir pour préparer votre retraite ?

Le PER (plan épargne retraite) et le PEA (plan épargne en actions) sont tous les deux des placements dédiés à la retraite. Mais ceux-ci fonctionnent différemment. Prenons d’abord le cas du PER. De nos jours, ce produit d’épargne se présente sous deux formes : le PER bancaire et le PER assurance.

Le PER tire son épingle du jeu grâce à la déduction des versements de son revenu imposable. De fait, la charge fiscale est reportée à la phase de retraite. Le PER s’adresse ainsi aux épargnants ayant un taux marginal d’imposition susceptible de baisser lors de la liquidation de leurs droits. En général, cela concerne les contribuables qui sont dans une tranche d’imposition élevée et qui prévoient une baisse de leurs revenus à la retraite, l’IR est prélevé sur les gains réalisés.

En revanche, le PEA s’adresse aux épargnants souhaitant investir dans des actions à long terme. L’avantage découlant de ce produit est principalement d’ordre fiscal. En contrepartie d’une durée de détention de 5 ans, les plus-values sont exonérées d’impôt sur le revenu. Et, il n’y a aucun plafond prévu à cet effet.

Souscrivant à un PEA, Vous accédez à une large gamme d’ETF (Exchange Traded Funds). De quoi diversifier davantage votre portefeuille tout en diluant les risques potentiels. À noter, ces ETF suivent des indices boursiers (ou des secteurs spécifiques) offrant une exposition profonde au marché cible.

Lire aussi :  Changement majeur pour le PEA : l'exonération après 5 ans se restreint dès cette date

Rapprochez-vous d’un conseiller financier chevronné chez Fortuny pour ouvrir un PEA dans les meilleures conditions.

 

Quid de l’assurance vie ? Est-ce que ça en vaut encore le coup en 2024 ?

Pour renforcer votre épargne, vous avez intérêt à souscrire un contrat d’assurance vie en plus d’un PER et d’un PEA. En France, aucune loi n’interdit cette combinaison. Il faut bien sûr respecter les plafonds prévus, à l’exception de l’assurance vie.

En effet, vous pouvez épargner sans aucune limite avec un contrat d’assurance vie. Le seul plafond prévu concerne l’exonération des droits de succession, soit 152500 € par bénéficiaire (avant le 70ème anniversaire de l’assuré). Au-delà, vos bénéficiaires devront régler les droits de succession.

Il faut savoir que plus de 1 900 milliards d’euros sont placés sur des contrats d’assurance vie. La preuve qu’il s’agit du placement phare des Français à ce jour. Pour éviter toute confusion, il est essentiel de bien comprendre la fiscalité applicable à l’assurance vie. En principe, seuls les retraits effectués, lors de la phase d’épargne ou à terme, sont taxés.

Pour bénéficier d’une exonération d’IR sur vos gains, vous devez conserver votre contrat pendant plus de 8 ans. Il est important de souligner que cela concerne les plus-values et les intérêts. En cas de rachat total, votre assurance vie sera fermée immédiatement.

justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.