placements pour devenir rentier

Quel placement pour devenir rentier ?

Face à l’incertitude qui prévaut quant à l’évolution du monde de la finance, le choix des placements qui procurent une rentabilité et une sécurité maximale est devenu l’une des plus grandes préoccupations des Français désireux de devenir rentiers.

Quels sont ces placements et comment les choisir ?

Quel placement pour devenir rentier ?

L’investissement immobilier classique est un placement sûr pour devenir rentier

Il faut reconnaître que l’investissement immobilier locatif est l’un des investissements les plus prisés actuellement.

Cet engouement pour la pierre s’explique non seulement par la stabilité et la rentabilité de ce type d’investissement, mais surtout des avantages fiscaux dont les primo-accédants pourraient bénéficier en vertu des dispositifs incitatifs tels que la loi Pinel, la loi Malraux, etc.

L’investissement immobilier classique est un placement sûr pour devenir rentier

L’immobilier est une véritable opportunité pour investir en toute liberté et en toute quiétude, car même si l’acquisition a été financée sur emprunt, l’effet de levier généré par la faiblesse des taux d’intérêt permet de se constituer un patrimoine sans le moindre fonds propre.

Ainsi, le futur rentier peut, à la fois, prétendre percevoir un revenu régulier dans le plus bref délai, mais également renforcer son épargne pour diversifier ses placements dans divers secteurs (touristiques, logements pour étudiants, etc.).

D’ailleurs, la plupart des investisseurs concilient avec tact divers investissements dans la pierre, ceci afin d’arriver à une plus grande liberté financière.

En effet, mettre en place un portefeuille optimal des biens immobiliers est l’un des meilleurs moyens pour réduire le temps nécessaire pour exercer un métier à plein temps et pour se consacrer à sa véritable vocation : celle de devenir rentier à vie.
Étant donné qu’un apprenti rentier gagnerait à miser son capital dans un support d’investissement à risques réduit, l’immobilier est préféré à d’autres placements volatils tels que la Bourse. En effet, cette dernière évolue dans un monde complexe qui requiert une parfaite connaissance des rouages du CAC 40.

Placement via SCPI : une bonne alternative pour devenir rentier

Aujourd’hui, investir dans l’immobilier locatif à partir de quelques centaines d’euros, c’est devenu possible avec les SCPI (sociétés civiles de placements immobiliers). Cette technique de placement est devenue incontournable pour les futurs rentiers qui souhaitent diversifier leur patrimoine.

À vrai dire, la SCPI permet d’investir dans l’immobilier d’entreprise et de logement tout en évitant au rentier les contraintes de gestion au quotidien liées aux biens immobiliers mis en location. C’est le placement par excellence pour ceux ou celles qui veulent allier rentabilité et sécurité.

Placement via SCPI : une bonne alternative pour devenir rentier

Par exemple, les SCPI de bureaux tels que les entrepôts et les murs de magasins offrent généralement un rendement moyen d’environ 4,5 %, tandis que les SCPI diversifiées permettent d’atteindre 5 % sans compter la valorisation annuelle des immeubles.

Mais depuis 2012, les nouvelles normes de performance veulent que ce taux de rendement classique soit remplacé par le taux de distribution sur la valeur de marché (DVM).

Ce nouveau taux de rendement s’obtient en additionnant le montant des revenus encaissés par la plateforme et en le divisant par le prix moyen des parts pendant l’année en cours.

Les placements via SCPI sont connus pour leurs avantages fiscaux, surtout vis-à-vis des investisseurs à faible tranche d’imposition. En effet, hors plus-value, les prélèvements fiscaux s’appliquent sur la base des revenus encaissés.

En clair, les revenus issus des placements de trésorerie de la SCPI sont soumis à l’impôt sur le revenu selon un barème progressif.

Par exemple, les contribuables dont les revenus fonciers annuels ne dépassent pas les 15 000 euros sont sous le régime du micro-foncier et, de ce fait, bénéficient d’un abattement de 30 % ; mais à condition qu’ils soient propriétaires en direct du bien en question et que ce bien fasse l’objet d’une location nue.

Par ailleurs, les prélèvements sociaux sont au taux de 15,5 %.

L’assurance-vie reste un placement pour devenir rentier malgré des rendements en berne

Robert Ophèle, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF), avait raison quand il disait qu’il est quasiment impossible de concilier sûreté et liquidité en matière de placement sans perdre de l’argent.

En effet, à l’instar de l’immobilier, l’assurance-vie figure parmi les placements sûrs, mais aussi les moins liquides. De ce fait, la patience est de mise.

Lire aussi :  Investir 40.000 euros en 2024 - Voici une allocation optimale

Mais là n’est pas le souci, car avec un rendement brut de 2.4%, le rendement net d’inflation et net de prélèvements sociaux (17,2%) de certains contrats d’assurance-vie n’est plus aussi attrayant comme il l’était il y a quelques années.

L’assurance-vie reste un placement fiable pour devenir rentier malgré des rendements en berne

À titre d’exemple, un fonds en euros rapporte 2,4% à son souscripteur, mais après que l’assureur ait imputé son frais de gestion d’environ 0,9% et que la Sécurité sociale prélève à son tour les 17,2%, il ne reste plus grand-chose (le rendement net est de 1,1%, presque équivalent à celui du Livret A !).

Cependant, certaines enseignes telles qu’Aviva et Monceau Assurances arrivent à accomplir quelques prouesses en offrant à leurs clients des rendements nets qui tournent aux alentours de 2,7% via leurs produits Afer et Dynavie.

Cette tendance à la baisse des taux de rendement de l’assurance-vie a plus de chance de durer surtout avec la baisse des taux d’emprunt. La raison est simple : les organismes assureurs qui collectent des fonds auprès des épargnants les investissent essentiellement en achat d’obligations, ce qui a pour effet d’accroître les frais de gestion.

De ce fait, un futur rentier a intérêt à observer à la loupe le poids de ces frais de gestion dans le rendement net. Mais il n’en reste pas moins que l’assurance-vie bénéficie d’une fiscalité incomparablement intéressante du fait de l’exonération d’impôt sur la fortune et des droits de succession.

Des placements en PEA pour devenir rentier tout en étant actionnaire

Le PEA ou plan d’épargne en actions est un produit de placement financier le plus souvent proposé par une multitude d’établissements financiers spécifiquement agréés dans les domaines tels que les banques commerciales, les entreprises d’investissement, la Banque de France et la Caisse des Dépôts et consignations.

En général, il consiste à combiner un compte-titres d’un compte d’espèces. Il a été créé en 1992 dans le but de booster l’actionnariat français, d’où la possibilité d’en détenir si et seulement si la personne est fiscalement domiciliée en France.

Des placements en PEA pour devenir rentier tout en étant actionnaire

Il est parfaitement adapté pour les personnes souhaitant devenir rentiers en actions dans un marché bien encadré par les pouvoirs publics.

Le compte titres détenu via le PEA permet d’investir sur différentes valeurs mobilières. Associé à un compte d’espèces, il donne la possibilité d’effectuer des transactions de fonds lors des opérations d’achats et de ventes d’actifs, de versement de dividendes ou de prélèvements de différents frais.

De ce fait, les dividendes et les plus-values constituent une rente régulière pour le détenteur. Par ailleurs, par souci de couverture des ordres de bourse dans leur intégralité, le compte d’espèces doit toujours être créditeur et les sommes disponibles sur ce dernier ne sont pas rémunérées. Néanmoins, elles peuvent toujours faire l’objet d’un placement sur des OPCVM ou organisme de placement collectif en valeurs mobilières.

Les avantages de la détention d’un PEA sont considérables notamment sur le plan fiscal (il bénéficie d’une exonération d’impôt sur le revenu issu des rentes sauf si le PEA a été clôturé avant son cinquième anniversaire).

En outre, aucune obligation légale n’est établie en ce qui concerne le seuil minimal de versement lors de la souscription. Par contre, le versement maximal permis est de 150 000 euros.

Effectuer des placements sur le PERP pour devenir rentier à partir de l’âge de la retraite

Le PERP ou plan d’épargne retraite populaire est un instrument d’épargne à long terme qui permet de bénéficier, à partir de l’âge de la retraite, d’un flux de revenu régulier. En effet, les sommes versées par l’épargnant pendant sa période d’activité sont placées en toute sécurité dans le support pour constituer un capital.

Au moment de sa retraite, 80% du montant de ce capital seront répartis et reversés sous forme de rente viagère, alors que les 20% restants pourront être payés intégralement à l’épargnant.

Ainsi, le PERP permet à une personne retraitée de devenir rentier jusqu’à son décès pour lui assurer un niveau de vie convenable.

Effectuer des placements sur le PERP pour devenir rentier à partir de l’âge de la retraite

D’ailleurs, le PERP peut servir de fonds de garantie pour financer l’acquisition d’une résidence principale. L’avantage du PERP est qu’il permet avant tout aux enfants (sous forme de rente temporaire d’éducation pour les mineurs) ou au conjoint de l’épargnant de bénéficier du capital restant dû dans le cas où ce dernier meurt avant l’épuisement du fonds déposé.

Lire aussi :  Gestion Pilotée : Le coup de génie pour faire décoller vos finances en pilote automatique !

En plus, il est possible d’effectuer un suivi régulier du montant déposé, car l’établissement auprès duquel le PERP a été souscrit communique annuellement à l’épargnant une estimation exacte de la rente viagère qu’il percevra dès sa retraite.

En matière de fiscalité, le PERP est une véritable niche fiscale, car les versements effectués sont déductibles du revenu net global et ceci est valable pour chaque membre du foyer fiscal.

Par contre, il importe de remarquer que cette déduction ne peut excéder les plafonds suivants : (i) 10 % des revenus issus des activités professionnelles de l’épargnant (imputés des cotisations sociales et des divers frais professionnels) et à condition que le montant de ce revenu ne dépasse pas 31 785 euros chaque année, (ii) 3 973 euros pour cette année 2018.

Devenir rentier via les comptes à terme : un placement avantageux et sécurisé

Ce n’est pas seulement les banques qui empruntent aux particuliers ou aux entreprises.

En effet, ces derniers peuvent aussi octroyer des prêts aux banques sous forme de compte à terme avec des intérêts à la clé, ce qui fait du compte à terme un placement financier sécurisé.

Le taux d’intérêt du placement est convenu à l’avance par les deux parties étant donné que les réglementations en vigueur stipulent depuis 1990 que la rémunération des comptes à terme est libre.

Devenir rentier via les comptes à terme : un placement avantageux et sécurisé

Mais les banques fixent au préalable une valeur minimale de dépôt par souci de rentabilité. Pour fixer leurs taux, la plupart des établissements financiers se basent sur les taux à court terme affichés par Euribor.

En revanche, le niveau des taux dépend de la durée du placement et du montant déposé, c’est-à-dire que plus le montant du placement est considérable et la durée de placement est longue, plus le taux proposé est intéressant.

Par ailleurs, le mécanisme de calcul d’intérêt appliqué par les banques est généralement le mécanisme de l’intérêt simple fixe basé sur une année calendaire.

Mais certaines banques comme Crédit industriel et commercial (CIC), la Banque populaire ou encore la Banque Postale proposent des contrats de compte à terme avec un taux progressif basé sur une succession de comptes à terme classiques à taux de rémunération croissants.

Par exemple, à l’expiration de chaque période (trimestre ou semestre), les intérêts perçus peuvent à nouveau être capitalisés pour la période suivante.

Investir dans la forêt : un placement rentable pour devenir rentier en l’espace de 10 ans

L’achat de forêts est un placement assez méconnu, mais c’est l’un des meilleurs moyens pour devenir rentier tout en léguant un patrimoine écologique considérable à la génération future.

Mais comme la plupart des autres investissements rentables, il demande de la patience étant donné qu’il faut attendre au moins 10 ans pour pouvoir tirer profit du placement effectué.

Mais c’est quand même malgré tout l’un des outils de diversification patrimoniale par excellence. Le niveau de rendement est proportionnel à la surface achetée.

Investir dans la forêt : un placement rentable pour devenir rentier en l’espace de 10 ans

Cet investissement écologique peut être effectué de deux manières : soit en achetant les parcelles de forêt en direct, soit en optant pour la souscription à des placements collectifs chez les enseignes spécialisées dans le domaine comme les groupements fonciers forestiers (GFF) ou les sociétés d’épargne forestière (SEF). Il est également possible de détenir un compte d’investissement forestier et d’assurance pour booster sa rente.

Il faut quand même être très sélectif en ce qui concerne l’emplacement des forêts, car l’investissement risque de partir en fumée si jamais l’épargnant a choisi un endroit qui est souvent victime de catastrophes naturelles.

Des avantages fiscaux attendent les futurs rentiers qui ont acquis directement une certaine parcelle de forêt et qui ont décidé de ne pas les exploiter pendant un délai de 15 ans, mais aussi ceux qui ont souscrit des parts dans les GFF et les SEF à condition qu’ils décident de conserver les terrains durant une période de huit ans.

justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.