Il faut reconnaître que le fait de devenir rentier est un véritable privilège. C’est le statut rêvé de la plupart des individus qui souhaitent donner un sens à leur vie d’investisseur. Cela incite à se poser une question : quelles sont les véritables raisons et pourquoi devenir rentier ?

Pourquoi devenir rentier ?

Devenir rentier, c’est gagner définitivement son indépendance financière

Il n’y a rien de mieux que de se réveiller un bon matin, puis prendre son petit déjeuner tranquillement sans se soucier de l’heure. Finie la routine « métro-boulot -dodo », car avec les nombreuses possibilités offertes par l’investissement (immobilier locatif, Bourse, assurance-vie, livrets, etc.), il est devenu plus facile d’atteindre son indépendance financière rapidement.

Devenir rentier, c’est gagner définitivement son indépendance financière

 C’est en quelque sorte la récompense aux efforts et à la patience dont un individu a fait preuve pendant des mois, voire des années. De ce fait, devenir rentier c’est créer sa propre indépendance financière, c’est-à-dire ne plus avoir à travailler laborieusement pour gagner sa vie. C’est aussi vivre des intérêts de son capital sans plus se soucier de la couverture de ses dépenses ou, du moins, de ses dépenses courantes. Toutefois, cela implique d’avoir un certain nombre de sources de revenus pour pallier les incertitudes inhérentes à l’investissement.

Par exemple, un individu qui pense avoir atteint son indépendance financière dispose de trois catégories de sources de revenus : 3 appartements mis en locations qui procurent 2000 euros par mois,  un compte à terme qui génère 500 euros d’intérêts trimestriels, et quelques actions dans des entreprises qui partagent environ 1000 euros de dividendes tous les trimestres.

Dans ce cas de figure, le rentier en question n’est pas indépendant financièrement si ses dépenses dépassent le seuil de 85% de ses revenus, car il faut toujours prendre en compte les imprévus (maladie, accident, appuis financiers au profit des membres de la famille, charges imprévues liées à la détention des actifs, etc.).

Devenir rentier, c’est prétendre à une source de revenus supplémentaire

Le statut de rentier n’implique pas forcément une cessation de toute activité professionnelle. Au contraire, nombreuses sont les personnes qui continuent de travailler tout en percevant une rente régulière. Dans cette optique, le fait de devenir rentier est un choix qui se base avant tout sur la volonté de grandir financièrement en renforçant son effort d’épargne mensuel.

Ce sont les salariés jeunes et ambitieux qui se lancent dans cette quête. En effet, en exploitant la stabilité de leur statut, ils épargnent pendant qu’ils sont encore jeunes pour se constituer un capital progressif au fil des années. À titre d’illustration, les Français qui sont encore étudiants ou déjà professionnels n’hésitent pas à mettre quelques centaines d’euros de côté pour investir en Bourse.  

Devenir rentier, c’est prétendre à une source de revenus supplémentaire

Ils choisissent des entreprises suffisamment fiables pour placer leur épargne tout en percevant des dividendes accrus. Ceux qui ont une légère aversion pour le risque optent pour les livrets bancaires, car les intérêts proposés par les enseignes françaises sont attrayants.

Si le rentier a l’intention de demeurer encore pendant quelques années dans son statut de salarié, il a la possibilité de garder un capital intact, car son revenu salarial couvrira amplement la totalité de ses dépenses courantes. Les excédents de revenus issus des rentes peuvent être réinvestis sans perturber les habitudes de consommation à condition que l’investisseur soit prêt à faire quelques sacrifices en réduisant ses caprices.

Devenir rentier, c’est pouvoir consacrer beaucoup plus de temps pour soi

Les routines de la vie sont une grande source de stress. Alors, pourquoi ne pas se donner une opportunité pour vivre paisiblement en devenant rentier ? Une vie de rentier, c’est une vie tranquille, sans contraintes, où l’investisseur est libre de faire ce qu’il veut de son temps. De toute façon, la vie est courte et tant que le capital offre une possibilité d’amélioration du bien-être, il faut en profiter, car c’est la récompense ultime aux efforts fournis pendant des années.

Devenir rentier, c’est pouvoir consacrer beaucoup plus de temps pour soi

En plus, un rentier digne de ce nom mérite d’avoir sa part du bonheur. Devenir rentier, c’est consacrer beaucoup plus de temps à faire des choses passionnantes dans une ambiance tout à fait détendue. C’est le cas d’un retraité qui vit des fruits de son capital pour profiter de sa vie et voyager à sa guise … Il n’est pas forcément millionnaire, mais il a les moyens pour vivre une vie de rêve à sa manière grâce aux rentes.

Cependant, le statut de rentier ne se limite pas seulement à faire le bonheur des retraités. En effet, le bien-être tiré des rentes touche également les jeunes qui veulent se projeter dans un horizon plus loin, notamment vis-à-vis de leurs études ou de leurs projets de se lancer dans l’entrepreneuriat.

En d’autres termes, devenir rentier, c’est s’offrir des moyens pour repousser ses limites (avoir plus de temps pour poursuivre ses études ou arriver à un niveau de satisfaction psychologique plus abouti dans sa carrière).

Pour préparer sa retraite, il n’y a rien de mieux que de devenir rentier

Préparer ses vieux jours dès sa jeunesse figure parmi les conditions essentielles pour vivre une vieillesse harmonieuse. Cependant, il faut faire le bon choix quant à la nature des actifs à utiliser pour en devenir rentier à vie. Pour cela, les épargnants français font confiance aux supports d’épargne tels que le plan d’épargne retraite populaire (PERP).

À vrai dire, c’est un produit d’épargne étalé sur le long terme qui permet d’obtenir une rente régulière dès l’âge de la retraite. En clair, le capital formé à partir des versements ponctuels effectués pendant sa période d’activité sera de nouveau reversé au bénéficiaire sous forme d’une rente viagère.

Dans le cas où le retraité souhaite acquérir à crédit sa résidence principale en bénéficiant d’un taux d’intérêt préférentiel, il peut utiliser le PERP comme garantie de remboursement de son prêt.

Pour préparer sa retraite, il n’y a rien de mieux que de devenir rentier

Sur le plan technique, un PERP peut se présenter sous trois formes différentes. D’abord, il peut s’agir d’un contrat de rentes viagères différées où l’acquisition directe de droits de jouissance est privilégiée. Il peut s’agir également d’un contrat en unité de rente basé sur l’acquisition de points, c’est-à-dire des points à transformer en une rente viagère aux termes du contrat.

Enfin, il peut s’agir d’un contrat multisupport constitué d’une épargne qui, aux termes du contrat, sera converti en rente viagère. Cette dernière forme est la plus courante vu qu’elle est plus facile à cerner par les épargnants qui s’adressent aux réseaux bancaires et/ou d’assurances. C’est plus pratique, car ce type de supports est l’équivalent d’une assurance-vie multisupport.