Révélation choc : comment réduire vos impôts de moitié en 2025 grâce à l'immobilier ?

Révélation choc : comment réduire vos impôts de moitié en 2025 grâce à l’immobilier ?

En 2024, il existe plusieurs moyens d’alléger vos impôts. Des solutions légales associées à l’immobilier. Tour d’horizon !

Zoom sur les principaux dispositifs de défiscalisation immobilière du moment

Le dispositif Pinel restera disponible jusqu’au 31 décembre 2024. De ce fait, il n’est pas encore trop tard pour en bénéficier. Bien que les taux de réduction soient dégressifs depuis 2023, ceux-ci s’avèrent avantageux. Pour 6 ans de location, le taux s’établit à 9%, soit une réduction fiscale maximale de 6 000 € par an.

Pour un engagement de 9 ans, le taux de réduction d’impôt Pinel est fixé à 12%, contre 14% pour 12 ans de location. Dans ce dernier cas, le montant maximum de la réduction fiscale s’élève à 6 000 € par an sur les neuf premières années. Après, il descend à 3 000 € par an sur les trois dernières années.

Prolongé jusqu’au 31 décembre 2026, le dispositif Denormandie s’apparente à une alternative attractive au Pinel. A la différence, le montant de la réduction d’impôt maximal s’élève à 54 000 € ou 63 000 € (à répartir sur 9 ou 12 ans). En contrepartie, l’investissement concerne un bien immobilier ancien à rénover ou à transformer en logement.

L’actif éligible au dispositif Denormandie doit se situer dans une ville moyenne labellisée « Cœur de Ville ». Idem pour un bien ayant subi une opération de revitalisation du territoire (ORT). Des travaux de rénovation sont nécessaires. Et, ceux-ci doivent représenter au moins 25% du prix total d’acquisition.

Les déductions fiscales sont-elles toujours effectives cette année ?

En plus des différents dispositifs de défiscalisation immobilière à l’instar de la loi Malraux, les investisseurs immobiliers peuvent activer des déductions fiscales intéressantes. Citons, par exemple, le déficit foncier permettant de réduire les revenus imposables. Nous parlons ici d’un dispositif de droit commun.

Lire aussi :  Comment échapper complètement aux impôts d’un investissement locatif ?

En principe, vous devez louer un logement (vide). Différentes charges peuvent ensuite être déduites de vos revenus fonciers, à condition que les charges foncières déductibles soient supérieures au montant des revenus fonciers. En réduisant vos revenus locatifs imposables à 0, vous pouvez retirer les charges restantes du revenu imposable global, dans la limite de 10 700 €, si un solde de charge n’a pas pu être imputé sur vos revenus fonciers.

Il y a aussi le dispositif «Loc’Avantages» (ex-loi Cosse) qui s’adresse aux propriétaires proposant des loyers inférieurs à la moyenne du marché. En contrepartie, les propriétaires bénéficient de taux de réduction d’impôt allant de 20% à 65%, selon la décote appliquée.

D’autres pistes à creuser pour réduire vos impôts cette année et en 2025

Parmi les alternatives des dispositifs de défiscalisation immobilière, citons les SCPI fiscales. A la différence des SCPI de rendement, celles-ci n’ont pas vocation à distribuer des revenus complémentaires. De fait, une SCPI fiscale offre un taux de réduction d’impôt Pinel ou Malraux. Il peut également s’agir de déductions fiscales découlant du déficit foncier.

Pour contourner l’IFI (impôt sur la fortune immobilière), privilégiez l’acquisition de la nue-propriété d’un bien immobilier. A cela s’ajoute un prix d’achat décoté par rapport à la valeur de la pleine propriété.

justin malraux

Fondateur du magazine Devenir Rentir, éditeur de plusieurs sites web spécialisés dans les finances personnelles et l'investissement.