Si vous faites ces types de dépenses, vous avez moins de chance d'obtenir un bon crédit

Si vous faites ces types de dépenses, vous avez moins de chance d’obtenir un bon crédit

La souscription d’un crédit immobilier se fait par étapes. La première consiste, en principe, à booster votre dossier de demande de financement.

Différents paramètres sont à prendre en compte comme les dépenses jugées superflues.

Découvrez ces dépenses nuisibles à votre demande de crédit en 2024

En France, le marché du crédit immobilier commence à retrouver ses couleurs pas-à-pas. Depuis le début de l’année, les taux dessinent une tendance baissière. Encourageante, celle-ci permet aux emprunteurs de concrétiser leurs projets plus favorablement. En revanche, tous les dossiers ne sont pas acceptés immédiatement. Ceux-ci passent au crible, et seuls les plus solides sont retenus.

Il serait dommage de ne pas pouvoir profiter des taux inédits du moment (près de 3,85% sur 20 ans). Renforcer votre dossier en évitant, dans la mesure du possible, certaines dépenses. Une bonne santé financière permet de mettre toutes les chances de votre côté. Les défauts de paiement (récurrents) sont à proscrire. Idem pour d’éventuels crédits conso non remboursés.

Vous avez donc intérêt à rembourser entièrement vos crédits en cours avant d’en souscrire un nouveau. Autrement, votre taux d’endettement risque de gonfler davantage. Au-delà de 35%, c’est mort. En vertu des recommandations du HCSF (Haut Conseil de stabilité financière), il s’agit de l’un des critères de sélection retenus par les établissements prêteurs.

Pour rééquilibrer la balance, fixez-vous des limites, et supprimez vos dépenses superflues. Si vous dépensez plus de 1 000 € en shopping chaque mois, votre dossier risque d’être bloqué prématurément par votre banquier. En raison, cela s’apparente à une mauvaise gestion budgétaire. Pour changer la donne, efforcez-vous à mettre de l’argent de côté. Les options sont multiples : PER, PEA, assurance-vie, etc.

Lire aussi :  Déclaration des biens immobiliers : Ne ratez pas la date limite, les risques sont importants !

Quid des jeux d’argent ?

Lors de la souscription d’un crédit immobilier, votre situation financière passe au crible. Les dépenses superflues sont redoutées par les établissements prêteurs. De fait, celles-ci réduisent considérablement vos chances de décrocher un emprunt avantageux. La raison pour laquelle vous devez les jeux d’argent, surtout si votre santé financière est déjà critique. Citons, par exemple, le casino, le poker ou encore les paris sportifs. D’autant plus que la chance ne perdure pas.

Bien que les jeux d’argent permettent parfois d’empocher des sommes astronomiques, ceux-ci peuvent dégrader vos finances à long terme. En cas de gains importants, placez-les dans des produits d’épargne au lieu de les réinvestir. C’est un pari perdu d’avance, surtout pour les personnes fortement endettées. A l’évidence, celles-ci figurent dans la liste noire des banques.

Par ailleurs, un établissement prêteur passe au peigne fin vos placements avant de vous octroyer un crédit. Si votre épargne est 100% axée sur des produits très à risque, votre dossier peut être refusé. D’où l’importance de bien optimiser l’allocation de votre portefeuille. Les placements à risques à l’instar des crypto-monnaies sont à limiter. Le cas échéant, celles-ci doivent être compensées par des placements plus sûrs tels que le Livret A, LDDS, LEP ou l’assurance-vie.

Si vous ne savez pas comment répartir stratégiquement votre épargne, rapprochez-vous d’un conseiller en gestion de patrimoine (Fortuny, par exemple). Vous augmentez ainsi vos chances d’obtenir un crédit immobilier.

Devenir Rentier est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Editeur de plusieurs sites web spécialisé dans les finances personnelles et l'investissement, Justin est le fondateur du magazine Devenir Rentier.

View stories